Nebraska (2014) de Alexander Payne

par Selenie  -  3 Avril 2014, 04:21  -  #Critiques de films

L'une des bonnes surprise 2014, déjà remarqué notamment pour la saison des Prix outre-Atlantique comme son réalisateur l'a déjà connu par ailleurs. Rappelons en effet que Alexander Payne est l'un des meilleurs représentants du ciné indépendant US avec "Sideways" (2004) et "The Descendants" (2011). On suit donc un grand-père dont la sénilité commence à lui faire défaut, qui veut aller chercher son prix de 1 million de dollars qu'il pense avoir réellement gagné.

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/medias/nmedia/19/01/69/93/20650833.jpghttp://www.indiewire.com/static/dims4/INDIEWIRE/4e14a5c/2147483647/thumbnail/680x478/?url=http%3A%2F%2Fd1oi7t5trwfj5d.cloudfront.net%2F46%2Ff5%2F3c6740d143d9851737376781f804%2Fnebraska-02267bw.jpg

Le road-movie se met alors en place avec le lien familial 1er degré avant un retour aux sources qui réveillera les pieds sur terre. Car la sénilité n'est qu'un paramètre malheureux pour un homme qui a t oute sa vie été trop bon trop con. Ce dernier est interprété par Bruce Dern (papa de Laura) alors plus habitué aux seconds rôles et qu'on a déjà pu voir dans des centaines de rôles de de "On achève bien les chevaux" (1969) de Sydney Pollack à "Monster" (2003) de Patty  Jenlins en passant par "Gatsby le magnifique" (1974) de Jack Clayton ou "Complot de famille" (1976) de Alfred Hitchcock... Il trouve là, et de loin, son meilleur rôle. Mais on remarque également June Squibb en épouse caratérielle qui fut déjà celle de Jack Nicholson dans "Monsieur Schmidt" (2002) du même Alexandre Payne... Dans le genre initiatique on pense un peu à "Une histoire vraie" (1999) de David Lynch. Dans le même genre Payne signe un film terriblement émouvante, dans lequel on rit lors de la scène du compresseur et on pleure comme la scène où le père répond à son fils sur l'amour porté à sa mère et leur désir d'enfant. Mais en fond on constate aussi les dégâts de la crise sur le fin fond de l'Amérique, le Noir et Blanc ajoutant à ça une mélancolie douce et touchante.

 

Note :              

 

17/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Siloé 27/05/2018 00:14

Une tranche de vie dénudée jusqu’à l'os et investie par de merveilleux acteurs.