Les films qui m'ont fait le plus pleurer - partie 1

par Selenie  -  29 Septembre 2014, 16:04  -  #Les films et divers classements

Cette liste non exhaustive, a été effectuée sur les critières suivants... Quantitativement évidemment mais aussi qualitatitvement (les grosses ficelles perdent des points) et surtout ceux qui me font toujours autant pleurer après X visionnages gagnent des points...

 

20 - "La Vie est Belle" (1946) de Franck Capra... Le seul film à me faire pleurer de joie, lorsque George Bailey retrouve sa vraie vie, et sa famille c'est une explosion de bonheur qui fait monter les larmes joyeuses...

19242726.jpg (160×213)1317071477_vie-est-belle-6.jpg (670×474)

Le décès de son père oblige un homme à reprendre l'entreprise familiale de prêts à la construction, qui permet aux plus déshérités de se loger. Il entre en conflit avec l'homme le plus riche de la ville, qui tente de ruiner ses efforts. Au moment où il approche de la victoire, il égare les 8 000 dollars qu'il devait déposer en banque. Le soir de Noël, désespéré, il songe au suicide. C'est alors que le Ciel dépêche à ses côtés un ange de seconde classe, qui pour gagner ses ailes devra l'aider à sortir de cette mauvaise passe...

Note lacrymale :                Note Film :       

 

19 - "Les Sentiers de la Gloire" (1957) de Stanley Kubrick..  Du dernier quart d'heure qui monte en dramaturgie à cette dernière scène émouvante et magnifique...

19658149.jpg (160×213)sentiers+de+la+gloire.jpg (1024×768)

En 1916, durant la Première Guerre mondiale, le général français Broulard ordonne au général Mireau de lancer une offensive suicidaire contre une position allemande imprenable, surnommée "La fourmilière". Au moment de l'attaque, les soldats tombent par dizaines et leurs compagnons, épuisés, refusent d'avancer...

Note lacrymale :                Note Film :       

 

18 - "Casablanca" (1943) de Michael Curtiz... La déclaration d'amour ambigüe de Ilza aux adieux sur le tarmac en passant par la Marseillaise...

20247449.jpg (160×213)18839921.jpg (495×372)

A Casablanca, pendant la Seconde Guerre mondiale, le night-club le plus couru de la ville est tenu par Rick Blaine, un Américain en exil. Mais l'établissement sert également de refuge à ceux qui voudraient se procurer les papiers nécessaires pour quitter le pays. Lorsque Rick voit débarquer un soir le dissident politique Victor Laszlo et son épouse Ilsa, quelle n'est pas sa surprise de retrouver dans ces circonstances le grand amour de sa vie...

Note lacrymale :                Note Film :       

 

17 - "Love Story" (1970) Arthur Hiller... Le mélo par excellence, triste à mourir avec le cahier des charges parfaitement suivi. On ne peut y couper...

19242736.jpg (160×213)19242755.jpg (640×364)

Un homme issu d'une famille aisée, étudiant en droit à Harvard, rencontre une jeune fille à la bibliothèque où elle travaille pour payer ses études. Malgré le fait qu'ils appartiennent à des classes sociales différentes leur amour devient plus fort que tout mais sera soumis aux épreuves de la vie...

Note lacrymale :                Note Film :       

 

16 - "Mission" (1985) de Roland Joffé...  La dernière partie est déchirante, la musique de Ennio Morricone finit de nous achever...

18747680.jpg (160×223)18870657.jpg (495×322)

Au début du XVIIIe siècle, le frère jésuite Gabriel fonde une mission sur les terres des Indiens Guaranis. A la même époque et dans les mêmes lieux sévit Mendoza, aventurier mercenaire. Ces deux hommes vont se retrouver pour lutter contre la domination espagnole et portugaise.

Note lacrymale :                Note Film :       

 

15 - "Forrest Gump" (1994) de Robert Zemeckis... Toute une vie, avec ses bonheurs et, logique, aussi avec ses malheurs. Les moments avec Robin Wright étant évidemment les plus touchants...

18686566.jpg (160×213)30%2BForrest%2BGump.jpg (400×262)

Quelques décennies d'histoire américaine, des années 1940 à la fin du XXème siècle, à travers le regard et l'étrange odyssée d'un homme simple et pur, Forrest Gump.

Note lacrymale :                Note Film :       

 

14 - "La Vie est Belle" (1998) de Roberto Begnini... Une tragi-comédie intelligente, terrible avec ses instants de grâce inouïe. La denrière scène offre un sourire qui se marie parfaitement aux larmes  qui coulaient juste avant...

h.jpg (150×205)18973784.jpg (600×400)

En 1938, Guido, jeune homme plein de gaieté, rêve d'ouvrir une librairie, malgré les tracasseries de l'administration fasciste. Il tombe amoureux de Dora, institutrice étouffée par le conformisme familial et l'enlève le jour de ses fiançailles avec un bureaucrate du régime. Cinq ans plus tard, Guido et Dora ont un fils: Giosue. Mais les lois raciales sont entrées en vigueur et Guido est juif. Il est alors déporté avec son fils. Par amour pour eux, Dora monte de son plein gré dans le train qui les emmène aux camps de la mort où Guido veut tout faire pour éviter l'horreur à son fils...

Note lacrymale :               Note Film :       

 

13 - "Elephant Man" (1980) de David Lynch... Un drame sur l'intolérance, lorsqu'on refuse à un homme sa part d'humanité. Plusieurs instants qui peuvent vous faire craquer...

18686437.jpg (160×214)18844356.jpg (495×357)

Londres, 1884. Le chirurgien Frederick Treves découvre un homme complètement défiguré et difforme, devenu une attraction de foire. John Merrick, " le monstre ", doit son nom de Elephant Man au terrible accident que subit sa mère. Il découvre rapidement en Merrick un homme meurtri, intelligent et doté d'une grande sensibilité.

Note lacrymale :                Note Film :       

 

12 - "Titanic" (1998) de James Cameron... Le drame romanesque par excellence que tout le monde a déjà vu...

Titanic.jpg (300×400)20285022.jpg (610×300)

Southampton, 10 avril 1912. Le paquebot le plus grand et le plus moderne du monde, réputé pour son insubmersibilité, le "Titanic", appareille pour son premier voyage. Quatre jours plus tard, il heurte un iceberg. A son bord, un artiste pauvre et une grande bourgeoise tombent amoureux.

Note lacrymale :                Note Film :       

 

11 - "Ghost" (1990) de Jerry Zucker...  Cultissime, joli mixte entre drame et comédie. Les tentatives de Patrick Swayze de se faire remarquer par sa femme déjà mais c'est évidemment les "vrais" adieux qui nosu font succomber...

19106105.jpg (160×213)large_221299.jpg (1280×720)

Sam Wheat, cadre dans une banque d'affaires new-yorkaise, et Molly Jensen, sculpteur, s'aiment. Mais tout bascule lorsque Sam Wheat est agressé dans la rue et abattu. A sa grande surprise, il devient un fantôme et réussit à communiquer avec une voyante hystérique. Il tente alors d'entrer en contact avec sa femme et découvre qui a voulu le tuer.

Note lacrymale :                Note Film :       

 

La suite demain !!!