Mademoiselle Julie (2014) de Liv Ullmann

par Selenie  -  12 Septembre 2014, 14:29  -  #Critiques de films

14 ans après son dernier film en tant que réalisatrice Liv Ullman, actrice fétiche du grand Ingmar Bergman, signe une adaptation de la pièce de Strindberg. Cette pièce de 1888 a connu une quinzaine d'adaptations cinéma dont la dernière est signée Mike Figgis en 1999. Comme de nombreuses oeuvres du 19ème il s'agit d'un homme qui rêve de gravir l'échelle sociale face à une aristocrate. A la différence près qu'ici le rêve n'est pas en soi une réelle ambition et l'aristocrate n'est pas la fleur cueillie par le séducteur d'origine modeste mais une femme qui s'ennuie et qui veut jouer avec le feu.

http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/07/28/10/48/319522.jpghttp://img.over-blog-kiwi.com/0/98/14/45/20140724/ob_c8fa2a_miss-julie.jpg

Miss Julie est une femme noble qui joue de sa position dans un jeu dangereux (qu'on définirait aujourd'hui par allumeuse). Le valet John tente de faire faire face avec dignité mais comme il le dit à un moment "... je ne suis qu'un homme..."... Les normes sociales s'imposent aux deux mais pas forcément dans de mêmes conditions. L'honneur du nom reste l'apanage de la noblesse entre autre. Liv Ullman offre un huis clos prenant, tortueux dans un décor soigné qui n'est pas sans rappeler une prison (le tunnel qui mène à la porte). L'isolement ajoute à cette sensation. Le film est porté par deux gros bonus. Le matériau d'origine évidemment, Strindberg a écrit une pièce magnifique d'où ressortent des dialogues absolument superbes, qui marquent aussi la différence de langage (travail sur l'accent, d'où le choix de l'Irlande pour la transposition) entre le peuple et la noblesse. Et on restera ébloui par les performances du trio d'acteurs. Si Jessica Chastaing et Colin Farrell sont sublimes n'oublions pas toute l'émotion et l'excellence de la trop rare Samantha Morton. Chacun de ces acteurs trouvent là un de leur meilleur rôles. Une tragédie puissante où les sentiments restent otages des convenances sociales. Aussi beau dans la forme que terrible dans le fond.

 

Note :             

 

16/20