Décès de Marie Dubois

par Selenie  -  15 Octobre 2014, 23:53  -  #Décès de star - Bio

Nous apprenons tout juste la disparition de l'actrice Marie Dubois, décédée ce mercredi 15 octobre 2014 à l'âge de 77 ans.

75275741.jpg (296×323)05h.jpg (328×316)

Née en 1937 à Paris la jeune Claudine Huzé suit les cours d'art dramatique à l'Ecole de la Rue Blanche (futur ENSATT) et continuera au Conservatoire en étant élève de Henri Rollan. Passant du théâtre classique au moderne sans soucis elle monte sur les planches aussi bien pour "Le Misanthrope" ou "Les Sorcières de Salem" que pour "Boeing-Boeing". Elle obtient également des petits rôles pour la télévision notamment pour les séries "La Caméra explore le temps" et "Les Cinq dernières minutes". C'est lors de ses passages télé qu'elle est remarquée par François Truffaut qui l'engage pour "Tirez pas sur le pianiste" (1960 - photo ci-dessous) dans lequel elle est Léna la serveuse amoureuse de Charlie (Aznavour). Truffaut lui trouvera également son pseudonyme, Claudine Huzé devient donc Marie Dubois en hommage à un roman éponyme (1952) de Jacques Audiberti...

42634748.jpg (720×450)

Si ce film lance sa carrière c'est aussi malheureusement sur ce prmeier tournage d'un long métrage que Marie Dubois va connaitre le spremiers symptômes de la Sclérose en plaque mais l'actrice va plus ou moins occulter sa maladie et profiter de sa jeune carrière.

 

Outre un petit rôle dans "Le Monocle Noir" (1961) de Georges Lautner tourner pour Truffaut lui ouvre les portes de la Nouvelle Vague... Elle joue dans "Une femme est une femme" (1961) de Jean-Luc Godard et "Jules et Jim" (1961 - ci-dessous) de Truffaut...

06_JJules_Jim.jpg (650×281)

Mais elle accepte les films d'auteur comme les films plus populaires, passant d'un genre à l'autre avec curiosité. Elle joue dans "La Ronde" (1963) de Roger Vadim comme dans "Week-end à Zuycoote" (1964) de Henri Verneuil. Elle est la fille de Gabin et la future belle-fille de Fernandel dans "Lâge ingrat" (1964 - ci-dessous) de Gilles Grangier. Elle fait partie du joyeux casting de "La Chasse à l'homme" (1964) de Edouard Molinaro.

l_age_ingrat_1964_portrait_w858.jpg (640×454)

Si le succès au cinéma est bien là elle tourne aussi régukièrement pour la télé comme "Marie Curie, une certaine jeune fille" (1965).

la_grande_vadrouille_1966_portrait_w858.jpg (500×325)

On se souvient d'elle comme la Juliette qui fait craquer Bourvil dans "La Grande Vadrouille" (1966 - ci-dessus) de Gérard Oury, un Bourvil qu'elle avait déjà croiser dans "Les Grandes Gueules" (1965 - ci-dessous) de Robert Enrico.

1122417997.JPG (500×346)

Elle tourne ensuite dans la comédie "Gonflés à bloc" (1969) de Ken Annakin avec une nouvelle fois Bourvil mais aussi Tony Curtis, Gert Fröbe, Jack Hawkins...

 

Les années 70 seront celles de la reconnaissance avec un prix d'interprétation de l'Académie Nationale du Cinéma pour son rôle dans "Les Arpenteurs" (1972) de Michel Soutter. Cette même année elle joue dans le casting international du film d'espionnage "Le Serpent" (1972) de Henri Verneuil.

480_48415_vignette_Del-Photos-tournage-Vincent-Chateau-17117.jpg (480×315)

Elle joue dans le succès populaire "Vincent, François, Paul et les autres" (1974 - ci-dessus) de Claude Sautet. Elle croise pour son malheur le génial et fou Klaus Kinski dans "Nuit d'Or" (1976) de Serge Moati et est la Princesse de "L'Innocent" (1976) de Luchino Visconti avant d'obtenir le César du meilleur second rôle dans "La Menace" (1977 - ci-dessous) de Alain Corneau.

la-menace2-400x243.jpg (400×243)

Malheureusement, 20 ans après les premières alertes, la Sclérose en plaque la rattrape et elle est contrainte de ralentir son activité. Sa carrière va alors ralentir pour apparaitre de plsu en plus dans des seconds rôles et/ou des productions plus confidentielles.

18785438.jpg (600×400)

Elle joue dans "Mon Oncle d'Amérique" (1980 - ci-dessus) de Alain Resnais, elle retrouve Montand dans "Garçon !" (1983) de Claude Sautet et apparait dans "Descente aux enfers" (1986) de Francis Girod dont Sophie Marceau est la star.

 

L'actrice tourne de moins en moins... Citons encore les films "Les Caprices d'un Fleuve" (1995) de Bernard Giraudeau et "Rien ne va plus" (1996) de Claude Chabrol...

112afb8f62f.gif (480×208)

En 2001 Marie Dubois s'engage publiquement dans la lutte contre la Sclérose en plaques notamment en témoignant dans un film de campagne signé Alain Corneau. 

 

En 2007 son époux meurt, elle avait épouser Serge Rousseau (acteur puis agent depuis 1968) en 1961 avec qui elle a eu une fille en 1963. 

940754_22516589_460x306.jpg (460×306)

Marie Dubois a rejoint son mari ce 15 octobre 2014 dans sa maison de Lescar près de Pau.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

ideyvonne 16/10/2014 20:15

Oui j'ai entendu ça hier soir... Encore une de la nouvelle vague qui s'en va
Ton article est super :)