The Search (2014) de Michel Hazanavicius

par Selenie  -  27 Novembre 2014, 07:58  -  #Critiques de films

Ce film annoncé comme le remake de "Les Anges marqués" (1948) de Fred Zinnemann avec Monty Clift  est loin d'être un pur remake. Disons que Hazanavicius s'en est surtout beaucoup inspiré ("Gladiator" est-il un remake de "La chute de l'empire romain" ?! parmi tant d'autre...). En tous cas Michel Hazanavicius a pu enfin de lancer dan sce projet de longue date grâce à l'énorme succès de "The Artist" (2011) et retrouve par la même occasion son producteur Thomas Langman via sa société La Petite Reine. On reste un peu déçu d'apprendre que le réalisateur a remonté son film avec 20mn en moins que la version présentée au denrier festival de Cannes. Rappelons que le film a été sifflé au Festival mais essentiellement par les journalistes russes (on serait étonné du contraire !) mais qu'il a été ovationné plusieurs minutes lors de la séance publique... Ceci étant dit le réalisateur de "OSS 117..." et de "The Artist" était évidemment attendu au tournant.

277325.jpg (160×217)The-Search.gif (1280×640)

Nous conseillons l'excellente analyse de Accréds, sur lequel on acquiesce sur le "pastiche" de Hazanavicius mais où émettra quelques bémols notamment sur le personnage de Carole... En effet il semble au premier abord que les dialogues de Bérénice Béjo (Carole donc) soient un peu ridicules parfois. Ces dialogues peuvent prêter à sourire, trop de naïveté sans doute mais on peut aussi rappeler que, malgré tout, que cette Carole est le symbole d'un Occident bien loin des prérogatives tchétchènes et qu'elle reste quoi qu'il en soit une femme française. Une femme française qui fait de son mieux mais qui a aussi un passé et un présent ancrés dans le monde occidental d'où les maladresses qui sont faciles à dénoncer derrière un écran. Dans l'ensemble le travail de reconstitution est énorme, autant dans la forme (décors + aspects doc de la mise en scène, grain de pellicule...) que dans le fond (témoignages très documentés). Evidemment on peut aussi y trouver des références mais dans ce genre de film il est difficile d'en être autrement au vu des chefs d'oeuvres marquants du cinéma comme "Full Metal Jacket" et "Requiem pour un massacre"... D'ailleurs il est frappant de constater que les deux gamins (un tchéchène de 9 ans mais surtout l'ado russe enrôlé de force) ont à l'évidence une vraie filiation avec Fliora le jeune garçon du chef d'oeuvre "Requiem pour un massacre" (1985) de Elem Klimov. Sans montrer une violence réellement frontale Hazanavicius préfère monter les conséquences directes et dénoncer l'impuissance et l'inertie des administrations et des institutions devant la tragédie. Quoi qu'on en dise Michel Hazanavicius signe un beau et bon film de guerre. Certe tout n'est pas parfait, à vouloir faire un film "hommage" aux oubliés du conflits il choisit un seul angle de vue (quoique le jeune russe contre-balance un peu) et offre des scènes un peu faciles et attendues (pour le paramètre larmes). Le scénario est bien écrit, plutôt malin (très bonne fin) et surtout on rest ebluffé par les deux jeunes interprètes, Abdul Kalim Mamatsuiev (le gosse) mais surtout Maxim Emelianov (le jeune russe engagé). Ce dernier est éblouissant de bout en bout. En conclusion quelques maladresses mais le film reste une réussite, un film à voir et à conseiller.

 

Note :                

 

16/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :