Un Illustre Inconnu (2014) de Matthieu Delaporte

par Selenie  -  22 Novembre 2014, 11:32  -  #Critiques de films

Après le succès mérité de l'excellent "Le Prénom" (2011) Matthieu Delaporte revient en changeant complètement de style tandis que son compère Alexandre De La Patellière est co-scénariste et producteur. Pour ce film ils ont choisit Mathieu Kassovitz qu'ils avaient connu sur le film d'animation "The Prodigies" (2010), l'acteur prêtant sa voix et les deux auteurs ayant scénarisé le film... On passe donc de la comédie au thriller psychologique pour les réalisateurs-scénaristes, un idée qui est partie de l'interrogation : "qu'est-ce que cela représente d'être soi face aux autres ?".

280715.jpg (160×217)416020.jpg (640×256)

Un vrai potentiel pour un thriller qui n'en est pas vraiment un. Car si Delaporte choisit un style et un parti pris qui reprend manifestement les paramètres du genre le personnage principal n'est ni un meurtrier ni psychopathe au sens où on l'entend généralement. Sébastien Nicolas estun homme qui n'aime pas sa vie ey qui ne s'aime pas tout court, vivent donc par procuration l'existence des autres jusqu'à ce que l'envie de paternité lui ouvre une porte. La première 1h30 touche à la perfection, prenant et intriguant on se demande jusqu'où il va aller. Malheureusement dans la denrière partie trop d'invraisemblances s'accumulent en trop peu de temps. Comment passe-t-il le sas de sécurité à la Crim ?! Comment ses plus proches ne réagisent-ils pas à ses yeux ?! Et surtout, pourquoi avoir peur d'un enquête où il n'y a aucune preuve tangible ?! Comment est-ce possible pour la Crim de monter un dossier avec si peu d'élémént ?! Dommage car les premiers 3/4 du film sont superbes de maitrise et d'intérêt avec en prime un Mathieu Kassovitz éblouissant. Son meilleur rôle à ce jour. Ca reste un très bon film, on félicite le duo d'avoir oublier les 50 pages du scénario originelle de voix off explicatif, imposant d'emblée une dimension mystère. Un très bon film qui laisse néanmoins un petit goût amer, la faute à une fin moins soigné.

 

Note :             

 

13/20