8 Femmes (2002) de François Ozon

par Selenie  -  2 Décembre 2014, 11:28  -  #Critiques de films

Après "Gouttes d'eau sur pierres brûlantes" (2001) et avant "Swimming Pool" (2003) François Ozon offre un nouveau rôle à la jeune Ludivine Sagnier qui est cette fois entourée par les plus grande stars de leur génération... Voyez plutôt... Catherine Deneuve, Fanny Ardant, Emmanuelle Béart, Virginie Ledoyen, Isabelle Huppert et Danielle Darrieux, un casting éblouissant d'étoiles dans lequel la pauvre Firmine Richard semble un peu intruse (ce qui n'enlèbe rien à son talent). Ozon fait le buzz avec une telle affiche réunie pour une adaptataion (2nde après "La Nuit des Suspectes" en 1960 de Victor Merenda, adapté entre autre par Frédéric Dard) d'une pièce de théâtre (1958) de Robert Thomas.

aff8femmes.jpg (600×800)436679.jpg (620×260)

Ozon en fait une comédie dramatique musicale qui semble à priori légère. Chaque actrice incarne un personnage qui colle à leur image (Deneuve en bourgeoise, Béart en soubrette à fort caractère, Huppert en psycho-rigide...). Un travail sur les costumes ramène aux grands classiques des années 50 (couleurs et tons pastels à la Douglas Sirk). Dans ce huis clos on se trouve vite dans un Cluedo familial où toutes sont suspectes à un moment donné. Le scénario découpe l'intrigue de séquences musicales ou chaque femme interprète des chansons plus ou moins populaires (réorchestrées) avec notamment "Pile ou Face" par Emmanuel Béart ou "Il n'y pas d'amour heureux" par Danielle Darrieux (née en 1917 et tourne depuis 1931 !). Notons la chanson "Message personnel" par Isabelle Huppert qui se joue au piano, comme un clin d'oeil à son rôle dans "La Pianiste" (2001) de Michael Haneke... Il y a un réel plaisir coupable à regarder ce film à la fois très référencé et assez unique en son genre. Malheureusement on ne peut que s'arrêter sur certaines idées un peu bancales... Comment ne pas s'interroger sur le manque de tristesse des femmes lorsqu'elles apprennent le décès ?! On reste un peu perplexe sur certaines chorégraphies assez risibles qui ne démontrent qu'un réel manque de créativité ; du kitsh assez savoureux parfois mais le fil reste ténue et ne tient pas toujours. Ozon signe un film qui ne manque pas de qualités, avec un côté récré plutôt fun (un lien évident se fera avec "Potiche") mais il y a aussi des défauts, notamment et aussi cette fin un peu brusque et mal amenée. Original, sorte de champagne mais de moyenne gamme. On se dit dommage mais il n'en reste pas moins que c'est un film à conseiller.

 

Note :            

 

14/20