Indiscrétions (1940) de George Cukor

par Selenie  -  15 Décembre 2014, 12:12  -  #Critiques de films

Un des plus grands réalisateurs de son temps George Cukor était surtout celui des femmes (à contrario de Fleming ou Hawks qui était ceux des hommes). "Sylvia Scarlett" (1935) avec déjà Katherine Hepburn,"Le Roman de Marguerite Gautier" (1937), "Femmes" (1939), "La femme aux deux visages" (1941), il conseilla même Vivien Leigh sur "Autant en emporte le vent" (1939) avant d'être évincé finalement le film sera finalement signé Victor Fleming. Mais aussi "Hantise" (1944), "Madame porte la culotte" (1949), "Comment l'esprit vient aux femmes" (1950) et les deux chefs d'oeuvre sur le thème du pygmalion avec "Une étoile est née" (1954) et "My Fair Lady" (1964)...

18460671.jpg (600×800)the-philadelphia-story.jpg (1200×932)

Bref Cukor sait comment obtenir le meilleur des actrices et retrouve ici Katharine Hepburn qui voulait imposer Clark Gable et Spencer Tracy mais, en raison de plannings incompatibles, ce sera Cary Grant et James Stewart. "Philadelphia Story" (titre original) est avant tout l'adaptation d'une pièce de théâtre qui permet à Katherine Hepburn de reprendre le rôle de Tracy Lord qu'elle a tenu à 665 reprises sur les planches ! Le film est une réussite de la screwball comedy (il n'y a pas que Franck Capra !), qui tient beaucoup à la parfaite symbiose des talents. Cukor à la mise en scène, un matériau d'origine signé Philip Barry qui a déjà fait ses preuves sur scène, un quator d'acteurs magnifiques (n'oublions pas Ruth Hussey qui tient la dragée haute) et à la production un certain Joseph L. Manliewicz, futur réalisateur mythique pour qui les dialogues ont et seront toujours d'une importance capitale. Un bon rythme de croisière, les quiproquos, des dialogues vifs et la belle idée de créer un halo de lumière autour de Tracy Lord (Directeur photo Joepsh Ruttenberg). On peut juste tiquer lors d'un petit baisse de régime lors du bal et la toute fin qui un peu trop longue. Néanmoins rien de grave on reste dans un des très grands films du genre. James Stewart obtiendra l'Oscar du Meilleur Acteur, une statuette dont il avouera qu'elle aurait dû revenir à Henry Fonda pour "Les Raisins de la Colère" (on est d'accord !) mais qu'il acceptera en ces termes : "un paiement différé pour son travail sur "Mr. Smith au Sénat" (1939) de Franck Capra (on est d'accord !). "Philadelphia Story" est un magnifique film qu'il faut voir et conseiller.

 

Note :          

 

17/20

ideyvonne 15/12/2014 20:34

Les joutes verbales entre Katharine et Grant fonctionnent une fois de plus (ils étaient déjà parfaits dans "l'impossible Mr bébé") et James apporte une tempérance qui lui va si bien !