Charlie Mortdecaï (2015) de David Koepp

par Selenie  -  22 Janvier 2015, 17:10  -  #Critiques de films

Réalisateur de l'excellent et trop méconnu "Hypnose" (1999) David Koepp est surtout connu en tant que scénariste notamment pour De Palma et Sam Raimi. Il retrouve son acteur de "Fenêtre secrète" (2004), Johnny Depp pour cette aventure où l'acteur caméléon est un millionnaire aristocrate, spécialiste d'art et surtout arnaqueur. Adapaté d'nue série littéraire éponyme de Kyril Bonfigliolo le film s'attache surtout à l'épisode "Don't Point that thing at me" (1972)... Le réalisateur regroupe un casting solide et talentueux qui se connaissent tous ; McGregor et Gwyneth Paltrow se sont connus sur "Emma l'entremetteuse" (1997), McGregor a connu Koepp sur "Anges et Démons" (2009) tandis que Paul Bettany a connu Depp sur le navet 2014 "Transcendance"...

101153.jpg (160×213)042652.jpg (640×443)

Une belle équipe pour une comédie mêlant arnaque et espionnage qui reste plutôt fade. D'abord on se demande si Johnny Depp sera faire autre chose que cabotiner. Depuis les derniers "Pirates des Caraïbes" et "Lone Ranger" l'acteur touche le fond ici où, bien que rôle principal, il finit par se faire piquer la vedette par les seconds rôles, Paltrow, McGregor et surtout l'excellent Paul Bettany qui sort son épingle du jeu en majordome-garde du corps tombeur de ses dames. On pense à Peter Sellers et "La Panthère Rose" parfois mais le film n'atteint jamais sa finesse ni son tempo dans l'humour. Sur ce dernier point le manque d'idées est flagrant avec une importance navrante du scatologique, bien mal assorti à l'élégance du film. L'histoire n'est pourtant pas inintéressante et il y a quelques bonnes trouvailles (quasi toutes avec le personnage de Paul Bettany) mais dans l'ensemble ça reste une comédie trop bancal pour une quelconque postérité.

 

Note :            

 

09/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

2flicsamiami 24/01/2015 10:17

La carrière de Johnny Depp prend décidément une tournure tragique. Même lorsqu'il revient à des postures moins "carnavalesques" comme avec Transcendance, ça ne marche pas.