Hacker (2015) de Michael Mann

par Selenie  -  20 Mars 2015, 07:15  -  #Critiques de films

Après une carrière déjà riche et le très sous-estimé "Public Enemies" (2009) l'un des meilleurs réalisateurs depuis 30 ans revient enfin avec un thriller sur la cybercriminalité. Très actuel Michael Mann s'intéresse ici au phénomène BlackHat, terme issu du western (d'après le chapeau noir quasi toujours porté par les méchants) qui désigne les hackers malveillants. Le scénario, co-écrit par Morgan Davis Foelh avec Mann, est inspiré de plusieurs hackers célèbres dont le livre "Kingpin : how one hacker took over the billion dollars cybercrime" du hacker Kevin Poulsen dans lequel ce dernier raconte comment il a fait tomber un Blackhat qui déroba plus de 1,8 millions de dollars en piratant des cartes de crédit...

239399.jpg (1210×1600)blackhat.png (970×621)

Emmené par Chris Hemsworth dans la peau d'un hacker en prison qu'on sort pour sauver le monde on comprend assez vite que Mann a changé son fusil d'épaule dans le traitement de ses héros. Ici le héros n'a pas de failles, sûr de lui, génie informatique, sportif et combattant (trop fort !) il manque le dégré de faiblesses dont, pourtant, Mann nous avait habitué. A l'instar d'un Howard Hawks ses héros avaient toujours un point faible qui rendait intéressant le personnage. Ici le personnage de Nicholas Hathaway (Hemsworth) manque de cette subtilité qui enrichit l'humain. A ses côtés nous trouvons la beau duo Lee-Hom Wang et Wei Tang, qui sont frère et soeur après avoir tourné ensemble dans "Lust Caution" (2007) de Ang Lee. Sans doute plus intéressants, ils deviennent vite tout aussi clichés ; la simple nformaticienne a des contacts étonnants... Heureusement Michael Mann est un grand et manie avec classe un film qui reste particulièrement intéressant, ancré dans les méandres secrets mais bien réels de notre quotidien connecté. Mise en scène virtuose, du rythme et un magnifique travail sur le cadre (au plus près dans l'action, au plus large dans l'accalmie) et les angles asymétriques. Rien à redire Michael Mann reste un grand malheureusement il manque un degré d'humanité derrière les codages informatiques et on peut se poser la question de l'équilibre entre le fond très virtuel et l'action omniprésente. En effet notre hacker sauveur du monde prend trop et très vite la place d'un agents de terrain avec les aptitudes et compétences nécessaires. Ca fait beaucoup. Production ambitieuse (66 jours de tournages à travers le monde) de 70 millions de dollars ce film s'avère être le plus gros bide de Mann sur le sol américain (7 petits millions)... Sévère mais il est aussi évident que ce film est sans doute le moins abouti du réalisateur. Ntons par ailleurs une fin qui dénote également comparé à l'espérance et/ou la tragédie qui reste pourtant un paramètre vital dans sa filmographie. Une déception donc malgré un divertissement honnête et efficace.

 

Note :              

 

13/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :