Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

Cake (2015) de Daniel Barnz

10 Avril 2015, 05:54am

Publié par Selenie

Après le commun et oubliable "Sortilège" (2011) avec Vanessa Hudgens et Alex Pettyfer, le réalisateur revient mais cette fois en délaissant le scénario en en choisissant un de la liste A (y est depuis 2013) des scénario les plus convoités de Hollywood. Il est clair qu'avec "Cake" on est loin de sa soupe au "Sortilège". Porté par la star Jennifer Aniston, le film a pu faire parler de lui grâce à la performance de son actrice. Cette dernière a accepté un rôle sans maquillage du tout, juste du naturel qui l'a amené tout de même aux nominations de plusieurs prix (la plupart raflés par Julianne Moore).

299358.jpg (160×213)185231.jpg (640×427)

Jennifer Aniston est donc une survivante d'un accident de la route en pleine dépression qui n'arrive pas à lutter et qui est devenue addict aux médicaments. L'actrice s'est inspirée de son amie Stacy Courtney, une cascadeuse (coordinatrice cascade sur des films tels que "21 Jump Street" ou "Insaisissables") qui est devenue addict aux anti-douleurs suite à un accident avant de surmonter ses démons. Outre la performance de la star jamais mis autant en difficulté, on apprécie l'écriture sur les personnages, notamment secondaires, comme l'aide à domicile (Adriana Barraza, vu chez Inarritu). Des personnages attachants et surtout un scénario qui évite l'écueil du pathos avec un côté doux-amer qui ne manque ni de cynisme ni de légèreté ; en cela la rencontre entre Claire et Roy est très réussie. Bon point également sur un personnage qui a son importance, la ville de Los Angeles qui nous est montrée du côté autoroutes symboles du boulot-dodo, de l'incessante ébullition environnante. Malheureusement le film dure 1h40 et en parait 2h. Le film a des longueurs surtout vers la fin, ce qui correspond aussi à un humour qui se fait de plus en plus rare au fur et à mesure. Néanmoins ça reste un mélo plutôt intelligemment bien écrit, qui ne manque pas de fond bien que la réalisation n'ait rien d'exceptionnel. 

 

Note :              

 

13/20

Commenter cet article