Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

Dark Places (2015) de Gilles Paquet-Brenner

10 Avril 2015, 07:54am

Publié par Selenie

Adapté du roman éponyme de Gillian Flynn à qui on doit "Gone Girl" récemment adapté brillamment au cinéma par David Fincher, ce film a pour lui une oeuvre originelle de qualité semble-t-il. On en dira pas autant du réalisateur. Gilles Paquet-Brenner, réalisateur français, a eu un joli succès pour "Elle s'appelait Sarah" (2010) mais on préfrère oublier les précédents dont le dyptique navrant "Gomez et Tavarès" (2002) et "Gomez VS Tavarès" (2006)... Production lancée avant le succès mérité de "Gone Girl", le réalisateur a pu compter sur des acteurs d'abord séduits par le livre.

337568.jpg (160×213)DARK-PLACES-Go-with-the-Blog-Image1.jpg (640×426)

Porté par une Charlize Theron également productrice qui est une habituée de ce genre de personnage ; précisons qu'elle n'a pas le physique de l'héroïne dans le roman, mais vu le personnage pour l'écran ça apporte une ambiguité supplémentaire. Elle est bien entourée puisqu'on trouve la nouvelle génération en Tye Sheridan, Nicholas Hoult et Chloe Grace Moretz et surtout Christina Hendricks (déjà dans "Lost River" sorti ce même mercredi) dans un second rôle de mère de famille qui lui sied à ravir. Alors que "Gone Girl" est une enquête "classique" pour "Dark Places" il s'agit d'une enquête plus atypique, qui touche beaucoup de monde et qui donne un puzzle à reconstruire au fur et à mesure. Par contre plusieurs idées sont un peu trop poussées. Si l'idée du club fan de faits divers est bonne, celle d'insister autant sur le satanisme est aussi agaçant que peu crédible. Mais le pire est la fin, à force de vouloir noyer le poisson on arrive sur un dénouement qui frôle le fil ténu de la vraisemblance. Par contre on aime les flash-backs qui font écho à l'Amérique d'aujourd'hui, l'intrigue permet de dépeindre un pays invers à l'American Way of Life. Le réalisateur a indiqué s'être inspiré des films "Les Raisins de la Colère" (1940) de John Ford et "La Nuit du Chasseur" (1955) de Charles Laughton (rien que ça !!!)... On ne voit pas vraiment mais il est certain qu'il aurait dû. La partie moeurs et social aurait été plus forte pour une dramaturgie moins "classique policier". Néanmoins ça reste un bon film, prenant et bien interprété.

 

Note :             

 

13/20

Commenter cet article