Davy Crockett, roi des Trappeurs (1955) de Norman Foster

par Selenie  -  6 Avril 2015, 10:42  -  #Critiques de films

Alors que la série TV "Davy Crockett" cartonne sur le petit écran le studio producteur Disney se dit que ça vaut bien un film sur grand écran. La série de 5 épisodes de 40mn devient deux films. Les trois premiers épisodes forment ce film-ci et retracent troismoments forts de la vie de la légende de l'ouest. Les deux denriers forment le film "Davy Crockett et les pirates de la rivière" (1956) du même réalisateur... Dans le contexte de l'époque ce film est une jolie réussite, l'émergence de la télévision permet entre autre à Disney d'exploiter le filon et de recourir aux produits dérivés comme la casquette en castor et le disque de la chanson.

19148322.jpg (120×160)16692.jpg (352×272)

Les trois épisodes ainsi mit bout à bout racontent les 3 moments forts de la vie de Davy Crockett, lorsqu'il est éclaireur de l'armée lors de guerres indiennes, lorsqu'il se lance en politique et lors de la bataille de Fort Alamo. Historiquement les faits sont véridiques et si c'est résumé succiontement ça reste intéressant. La fiction entre en ligne de compte surtout lors des dialogues et de la fantaisie qui s'y accolle avec en prime la célèbre chanson du pionnier. Le montage est plutôt bien fait, les deux ellipses passent comme une lettre à la poste. Le vrai soucis reste l'acteur principal, Fess Parker est un très mauvais acteur et est un Davy Crockett sans charisme. Les seconds rôles sont interprétés par des acteurs bien au-dessu dont Buddy Ebsen, l'accolyte est une gueule déjà vu dansnombre de films. Pour la partie de la bataille de fort Alamo on remarquera quelques scènes seront presque reprises dans le film "Alama" (1960) de et avec John Wayne. La fantaisie omniprésente impose la marque Disney dans cette production, c'est un western divertissant et familial très sympathique, et assez fidèle à la vie de Davy Crockett pour apprendre 2-3 choses.

 

Note :                    

 

13/20

Eeguab 11/04/2015 11:15

Amusant de rappeler que Fess Parker était appelé en France Fier Parker.