Journal d'une femme de chambre (2015) de Benoit Jacquot

par Selenie  -  2 Avril 2015, 16:36  -  #Critiques de films

Après le mélo "Trois coeurs" (2014) Benoit Jacquot retrouve son actrice du magnifique "Les Adieux à la Reine" (2011)... C'est heureux tant il n'a jamais été aussi bon que dans ses films en costumes. Cette fois il adapte le roman d'Octave Mirbeau, déjà vu sur grand écran avec les films de Jean Renoir (1946) et de Luis Bunuel (1964), deux adaptations plus ou moins fidèles mais deux réussites. Benoti Jacquot désirait adapter ce film car les thèmes abordés sont aujourd'hui encore d'actualité, soit la misère salariale, l'antisémitisme (racisme !) et le sexisme.

5149900.jpg (441×600)299672.jpg (640×360)

D'où un scénario particulièrement soigné sur ces points sans pour autant oublier que Célestine n'est pas une soumise. Célestine est avant tout une jeune femme intelligente, forte et opportuniste qui manipule dès qu'elle en a besoin autant que ses maitres abusent de leur position. Mirbeau a écrit un roman dont le fond est cruel et sans concession mais dont la forme laisse entrevoir un cynisme et une moquerie des nantis bien sentis. A contrario des deux précédentes adaptations Jacquot replace le récit à l'époque de l'affaire Dreyfuss ce qui impose de réinterpréter avec les yeux de l'époque tout en cherchant la réflexion sur notre époque. Jacquot signe là justement un film d'un classicisme qui ne manque nullement de modernité. Le choix de Léa Seydoux en Célestine s'avère judicieux, une jeune actrice moderne qui se démarque des autres acteurs (la plupart issus du théâtre), symbole d'un féminisme encore balbutiant. On peut regretter que les doutes de Célestine sur Joseph (viol et assassinat d'une fillette) ne soit que survoler et que l'ambiguité de Célestine ne soit pas plus appuyé. Néanmoins Benoit Jacquot réalise une belle adaptation, aux décors/costumes encore magnifiques.Si ce film est bien différent des deux autres il est également complémentaire, offrant un angle qui montre encore toute la richesse du roman de Mirbeau. Un beau film simplement.

 

Note :            

 

15/20