Mogambo (1953) de John Ford

par Selenie  -  25 Mai 2015, 11:43  -  #Critiques de films

Maitre du western, on oublie trop souvent que John Ford est avant tout un grand cinéaste tout court et tous genres confondus. Le western n'était pas une spécialité, la preuve en est qu'en 1952 (tournage de nov.52 à fèv. 53) John Ford est dans une période sans far west ; son dernier western est "Le convoi des braves" (1950) et il faudra attendre pour qu'il revienne avec le chef d'oeuvre "La Prisonnière du désert" (1956)... Ce n'est pas réellement un projet fordien à l'origine mais le réalisateur va vite s'approprier l'histoire qui doit beaucoup au scénariste John Lee Mahin. Ce dernier, un des meilleurs de l'époque (de "'Scarface" de Hawks à "Les Cavaliers" de Ford en passant par "Le Magidien d'Oz" de Fleming et "Quo Vadis" de LeRoy) est l'auteur du film "La Belle de Saïgon" (1932) de Victor Fleming, déjà avec Clark Gable dont "Mogambo" est le remake avoué et assumé.

19160915.jpg (120×160)mogambo05.jpg (700×507)

On change de continent et on délaisse les studios pour un tournage en milieu naturel (Afrique française, Ouganda et Kenya). Pour plonger le spectateur dans la jungle, Ford refusera d'ajouter une musique. Le film bénificie d'un casting prestigieux avec the King of Hollywood Clark Gable, alors en perte de vitesse et qui va confirmer son retour avec le western "Les Implacables" (1954) de Raoul Walsh. Face à lui deux stars féminines, la blonde Grâce Kelly tout juste auréolée du succès de "Le train sifflera trois fois" (1952) de Fred Zinneman et la brune Ava Gardner alors au sommet de sa gloire et de sa beauté. Film d'aventure exotique qui cache en fait un mélo amoureux. La blonde bourgeoise et coincée frissonne pour l'aventurier viril tandis que la brune est une femme, une vraie... Grâce Kelly peine à exister, jolie et talentueuse elle reste pourtant effacée dès que Ava Gardner, sensuelle et flamboyante apparait. Gable joue son "King...". Le scénario jongle parfaitement entre la trame sentimentale et le paramètre exotique, un beau mixte entre le côté macho et les sentiments féminins. Quelques maladresses (la brune et l'aventurier qui disent se connaitre tellement alors que ça fait à peine quelques jours, la rébellion qui manque un peu de corps...) mais quelques scènes qui font leur petit effet comme le face à face avec les gorilles (pris en charge par Yakima Canutt, légende des cascadeurs) ou les joutes verbales. On apprécie le second rôle de l'époux, particulièrement bien écrit, l'ambiguité (sait-il ?! parfois oui, parfois non ?!) du personnage enrichit le récit. Sans être un très grand film John Ford réalise un très beau film, un mélo exotique qui offre tout ce qu'on désire pour passer un beau moment de cinéma.

 

Note :            

 

17/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :