Masaan (2015) de Neeraj Ghaywan

par Selenie  -  25 Juin 2015, 07:46  -  #Critiques de films

Premier long métrage pour Neeraj Ghaywan qui a été auparavant acteur et réalisateur seconde équipe. Son film a été remarqué à la sélection Un Certain Regard au Festival de Cannes 2015. Un film qui marque une certaine évolution dans le cinéma indien, co-produit par la France avec Mélita Toscan du Plantier et Jérôme Seydoux, ce film d'auteur change radicalement du style Bollywood kitsh qui a fait longtemps le fond de commerce du cinéma indien. A l'instar des changements dans son cinéma, le réalisateur choisi de raconter des histoires qui montrent les contradictions et les mutations de la société indienne en prise entre modernité et tradition. Pas de Bollywood ici et le réalisateur a voulu éviter tout clichés du genre pour choisir une optique plus réaliste, donc ni chants dansés ni décors touristiques.

136414.jpg (158×214)352313.jpg (640×427)

On plonge dans les rues et quartiers populaires où on nous montre un monde différent et notamment les ghâts de crémation de la ville de Bénarès ("ville de la mort", on raconte que si on meurt à Bénarès on y trouvera le salut de son âme) où les corps brûlent de façon à ce que les esprits rejoignent le ciel. On suit plusieurs personnages engoncés dans un quotidien où se confrontent les obligations traditionnelles et l'ambition d'une jeunesse qui veut s'ouvrir à autre chose... A ces complexités s'ajoutent les différences de castes toujours très présentes et qui plombent le mélange des genres. Au final il s'agit aussi de rédemption et de pardon, de deuil et de renouveau, car si la souffrance fait mal elle peut être aussi source positive pour mieux affronter l'avenir. Un film sur le destin et l'espoir. Les acteurs sont tous parfaits, on peut y reconnaitre la magnifique Richa Chadda qui avait été multi-primée déjà pour son rôle dans le dyptique "Gangs of Wasseypur" (2012) de Anurap Kashyap. Malgré les décors naturels de Bénarès le réalisateur n'en oublie pas les couleurs et tons bien particuliers de son pays et offrent quelques plans sublimes qui contrastent avec les tragédies humaines. La musique, signée Bruno Coulais (un des compositeurs français les plus réputés), se marie idéalement dans dans ce récit qui appelle à un avenir meilleur. Un beau et bon film, touchant qui évite tout pathos pour mieux nous toucher au coeur. Vivement que Bollywood se réveille aussi à un cinéma plus universel.

 

Note :         

 

14/20