Poltergeist (1982) de Tobe Hooper

par Selenie  -  29 Juin 2015, 12:32  -  #Critiques de films

Ce film d'horreur est culte à bien des égards... Première production de Steven Spielberg, il est aussi auteur du script et avait pensé le réaliser avant d'être accaparé par la réalisation de "E.T.". Spielberg choisit alors de laisser les commandes à Tobe Hooper dont il a apprécié "Massacre à la tronçonneuse" (1974). Entre autres anecdotes amusantes, "Poltergeist" sera nommé pour 3 Oscars et sera battu à chaque fois par "E.T." (se rattrapera avec le BAFTA des Effets spéciaux" tandis que Drew Barrymore qui ne fut pas choisi pour le premier sera "repêché" pour le second. Pour l'anecdote (beaucoup) moins amusante, les deux filles de la famille dans "Poltergeist" mourront tragiquement, la plus jeune mourra de la maladie de Crohn à 12 ans juste après le "Poltergeist III" (1988), l'ado sera assassinée à 22 ans, d'où la raison de film maudit qui le poursuit...

18846052.jpg (160×213)Poltergeist_l.jpg (400×300)

"Poltergeist" est un mot allemand composé de "Poltern" (faire du bruit) et de "Geist" (esprit), il s'agit donc souvent d'un fantôme ou d'un esprit malfaisant qui se démarque par un manque total de discrétion. La famille arrive donc dans un nouveau quartier de banlieue bon chic bon genre avant de constater que leur maison est hantée par des esprits qui veulent s'emparer de leur plus jeune  fille, seule capable de leur ouvrir la porte vers la lumière. Tout repose avant tout sur l'atmosphère, le climax particulièrement pesant et tendu. Ensuite pas de réflexion sur la religion ici, pas d'exorcisme à proprement parlé mais un sauvetage plus laborieux avec une médium. Il y a petite polémique sur la réelle paternité du film, le producteur Spielberg aurait été omniprésent sur le tournage mais on peut douter que le réalisateur de "Massacre à la tronçonneuse" se soit laissé croquer sa place, on peut légitimement penser que ce film a eu comme atout la parfaite collaboration entre Hooper et Spielberg. Niveau horreur Tobe Hooper est un maitre, pour le niveau du merveilleux on pense à Spielberg. Le choc entre cette famille typique de l'American Way of Life qui emménage dans la maison de leur vie et la découverte du cimetière, quelques idées émotion (comme la fillette qui traverse sa maman) semblent plutôt de Spielberg et font un contre point parfait à l'horreur de "La Bête" et aux cris effrayants de la fillette. Un film qui manipule avec délectation les paramètres de l'horreur (utilisation du miroir, de l'arbre "vivant"...). Les effets spéciaux étaient au top à l'époque mais risquent de faire sourire les jeunes d'aujourd'hui. Il faut avouer un petit côté kitsh qu'on peut aussi choisir de regarder avec le bon degré. Un film d'horreur de grande qualité, qui a gagné sans aucun doute sur le meilleur du duo Hooper-Spielberg. Un film qu'il vaut mieux revoir que d'aller au cinéma voir son remake sortit il y a quelques jours signé un certain Gil Kenan.

 

Note :            

 

14/20

Jane Adams, Sam Rockwell et Rosemarie DeWitt

 

 

n étymologie est composée de « poltern » qui signifie « faire du bruit » en allemand et de « geist » qui veut dire « esprit »

 coécrit et produit par Steven Spielberg et sorti en 1982. C'est 

 

ppellent Tangina Barrons, une médium

 Tangina ajoute que parmi ces fantômes se trouve aussi un démon appelé la "Bête", qui tient Carol Anne sous contrôle dans le but de manipuler les autres esprits.

e de sauver Carol Anne, Diane traverse l'entrée attachée par une corde qui relie les deux portails. Diane parvient à récupérer Carol Anne, et elles tombent toutes deux sur le plancher de la salle de séjour, inconscientes. Tandis que le groupe les récupère et le

 

Sam Rockwell et Rosemarie DeWitt

ontrairement au film original, dont l'intrigue se situait dans la période prospère des années 80, ce remake se déroule dans une banlieue sur le déclin. La famille Bowen emménage dans un quartier délabré et sans âme de l’Illinois où des maisons identiques sont disposées les unes à côté des autres : "Au début des années 80, tout le monde rêvait de s’installer en banlieue, mais aujourd’hui l’attrait de cette vie a disparu. Les personnages du film ont essayé de vivre le rêve américain mais tout ne s’est pas passé comme ils le souhaitaient et leur situation est désormais précaire", e