Rendez-vous (1985) de André Téchiné

par Selenie  -  20 Juillet 2015, 09:47  -  #Critiques de films

Un film qui a son importance à cette époque puisque ce film est avant tout celui qui a lancé dans le grand bain ses acteurs. En effet André Téchiné, qui n'a pas tourné de puis "Hôtel des Amériques" (1981) a choisi trois jeunes acteurs alors plus ou moins débutants. Lambert Wilson tourne depuis quelques années mais explosera suite à ce film, Wadeck Stanczak joue là son premier vrai grand rôle et, surtout, Juliette Binoche interprète ici son vrai premier rôle et confirmera dans les mois suivants tout son talent... On suit donc une jeune femme de province montée à Paris et qui va emménager avec deux colocataires. Elle tombe amoureuse du plus ténébreux et suicidaire tandis que l'autre, bien qu'épris, ne peut que rester en retrait en simple ami...

18928104.jpg (160×213)19076922.jpg (600×400)

Le triangle amoureux est ici bien moins lisse que la plupart des films. Le beau ténébreux est un être infect et cynique, le plus épris est lisse et sans grand intérêt, la belle du trio est une fille facile, sans talent et qui ne sait pas ce qu'elle veut vraiment. Le soucis c'est que si les personnages sont terriblement intéressants car hors des sentiers battus, ils sont aussi antipathiques. Jamais on ne peut s'attacher à eux, futiles et/ou détestables. On reste un peu indifférent tant on n'aimerait ni les rencontrer, ni les connaitre. Le lien avec "Roméo et Juliette" n'est pas des plus probants (où est le romantisme ?! La passion ?!). Le jeu avec la mort est le plus intéressant, mais le choix d'un réalisme au détriment d'une option plus poétique donne au film une amertume dont le film était déjà bien pourvu. Finalement, tout repose sur la qualité des interprètes et leur performance. Trois acteurs éblouissants (particulièrement Wilson et Binoche, devant qui Stanczak est bien fade) et dont la performance est à saluer surtout avec des personnages aussi peu enclins à l'empathie. Si la réalisation de Téchiné n'est pas en jeu (Prix de la mise en scène à cannes 1985) il est dommage que le scénario soit si terne. Le film ne vaut que par ses acteurs (César du meilleur espoir pour Wadeck Stanczak, Prix Romy Schneider pour Binoche).

 

Note :               

 

11/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :