Victoria (2015) de Sebastian Schipper

par Selenie  -  2 Juillet 2015, 09:04  -  #Critiques de films

Le film allemand phénomène de cette année 2015 qui après s'être fait remarqué lors de la Berlinale par le réalisateur Darren Aronofsky a obtenu pas moins de 6 statuettes lors des German Films Awards (équivalent de nos Césars) dont Meilleur film, réalisateur, acteur et actrice !... Ce 4ème film du réalisateur Sebastian Schipper (depuis "Les Bouffons" en 1999) fait parler de lui notamment parce qu'il est tourné caméra à l'épaule en un seul plan séquence de 2h14, soit une histoire en temps réel qui se déroule précisément de 5h42 à 7h56 du matin... Attention on ne parle pas ici de plans-séquences mythiques du cinéma comme "Snake Eyes" de De Palma ou de "La Corde" de Hitchcock qui sont des plans-séquences arrangés au montage. Ici, "Victoria" est bien un véritable plan-séquence de 2h14 non stop et sans manipulation. La gageure technique en soi est un vrai pari, le tout avec quasi 100% d'improvisation de la part des acteurs. Chez ces derniers on peut citer Frédérick Lau (remarqué en 2008 dans "La Vague" de Dennis Gansel), Burak Yigit (qu'on vient de voir dans le très bon "Mustang" de Deniz Gamze Erguven) et surtout la jeune inconnue Laia Costa qu'on risque fortement de revoir bientôt...

425117.jpg (160×213)104520.jpg (1600×998)

Après des répétitions le film fut tourné en 3 fois, il existe trois versions, une trop sage, une trop folle et cette dernière version définitive sortie en salle. L'impro et le choix de mise en scène donne des scènes criantes de vérité avec par exemple la séquence des deux touristes russes qui cherchent la bagarre qui n'a rien de prévue !... Si techniquement, que ce soit dans la réalisation ou dans l'acting c'est assez bluffant on est plus perplexe sur le fond de l'histoire. D'abord on a du mal à s'attacher aux "héros", comment croire et plonger avec une serveuse assez bête pour s'acoquiner sans jamais douter ou broncher avec 4 loosers cassos qu'on voit arriver à des kilomètres ?! Voler et/ou vandaliser une voiture la fait marrer sans jamais se poser de questions et surtout, elle accepte tout (c'est assurément un choix de sa part, elle n'est aucunement forcée) sans jamais hésiter et toujours sans jamais s'interroger ?!?!... Quel dommage que la personnalité de Victoria soit si futile, si stupide, si naïve... Elle est finalement aussi conne que les 4 mecs sont abrutis. Ensuite le film est malgré tout un tout petit peu longuet, le début surtout (on fait connaissance pendant 1h, surtout qu'on a finalement pas franchement d'empathie) et aussi la fin qui tire un peu en longueur. On aurait pu rendre le tout un poil plus nerveux avec 10-15mn en moins. Au final la prouesse vaut le détour, autant pour la réalisation que pour les performances d'acteurs. Dommage que les personnages ne soient pas plus ambigus et/ou profonds. A voir en tous cas.

 

Note :            

 

14/20