Sur la ligne (2015) de Andréa Sedlackova

par Selenie  -  5 Août 2015, 18:31  -  #Critiques de films

Premier film en sortie française pour Andrea Sedlackova, d'origine tchécoslovaque qui est connue en France (où elle réside depuis de nombreuses années) comme monteuse notamment pour "L'affaire Farewell" (2009) de Christian Carion, "Tu seras mon fils" (2010) de Gilles Legrand et "Toutes nos envies" (2010) de Philippe Lioret. Pour ce film la réalisatrice-scénariste a fouillé dans ses souvenirs d'enfance quand la Slovaquie et la Tchéquie ne faisait qu'un dans l'ex-bloc soviétique. Le scénario s'inspire d'un scandale révélé il y a plusieurs années sur le dopage automatique dans l'ex-bloc soviétique pour monter à tous prix la supériorité socialiste. On suit donc une espoir de l'athlétisme thécoslovaque, jeune femme qui est placée dans un programme de dopage en vue des JO 1984 jusqu'à ce qu'elle désire stopper les piqûres quand elle apprend le danger...

Sur-La-Ligne-Fair-Play-affiche.jpg (595×794)Judit-Bardos-dans-Sur-La-Ligne1.jpg (624×351)

Evidemment tout n'est pas si simple dans la dictature socialiste sous parrainage russe. Pour le casting, la réalisatrice a fait appel à deux belles actrices, l'une slovaque l'autre tchèque (mais toutes deux nées en Tchécoslovaquie !) qui interprètent respectivement la mère et la fille (seulement 10 ans d'écart !). L'osmose entre les deux est parfaite et elles jouent toutes les deux merveilleusement. La réalisatrice a choisi un style très réaliste, presque documentaire qui n'est pas sans rappeler Philippe Lioret, réalisateur pour lequel elle a été monteuse sur quasi tous les films ; la filiation semble évidente. Le côté austère et froid du régime socialiste est en adéquation avec le grain du film et la photographie terne qui s'éclaire dès que Anna court. Une mise en scène idéale et attendue typique dès qu'on raconte une histoire dans la grisaille soviétique. La vrai point fort reste le scénario, outre l'intrigue principale (le mécanisme du dopage) il y a aussi les choix de la mère, l'idylle, le père, la géopolitique extérieure... des sous-intrigues qui s'imbriquent parfaitement sans vampiriser l'une ou l'autre. Il manque surtout juste un peu plus d'émotion, ce n'est pas assez palpable. Ce petit film mérite qu'on s'y attarde, un contexte historique fort autour d'un drame familial touchant qui sonne juste de bout en bout. Un petit film d'auteur qui risque de passer inaperçu ou du moins dans un trop petit nombre de salle. Dommage mais un film qu'il faut soutenir.

 

Note :          

 

14/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :