Ted 2 (2015) de Seth MacFarlane

par Selenie  -  6 Août 2015, 05:23  -  #Critiques de films

Après l'interlude décevant "Albert à l'Ouest" (2014) Seth MacFarlane revient avec logique pour une suite à son énorme succès "Ted" (2012) pour lequel il retrouve son acteur Mark Whalberg, ce dernier acceptant de revenir pour la première fois dans une suite. Par contre exit Mila Kunis (cause grossesse) qui laisse la place à Amanda Seyfried pour le premier rôle féminin. Cette fois Ted est marié et veut devenir père, le soucis étant celui qu'on devine... Malheureusement le sujet de la paternité n'est qu'un prétexte et laisse place à un débat couru d'avance et pseduo-philosophique sur "qu'est-ce qu'être humain ?", soit un gros message bien lourd et éculé sur la tolérance.

492280.jpg (1200×1600)Ted-2-extrait2-e1437299920594.jpg (549×370)

Vu ce second sujet il va de soi qu'il faut un minimum de sérieux et donc d'émotion. Deux défauts en découlent donc. Le premier c'est que le "sérieux" en question fait tâche dans une comédie qui se veut trash et jusqu'au-boutiste. Le second c'est qu'il aurait fallu rester focalisé sur la paternité pour rester dans un sujet léger mais oh combien important. Pour le reste on fait pire que le premier opus, et ce n'est pas une qualité ! Les drogues sont encore plus positionnées en liberté bienfaitrice et la vulgarité atteint des sommets... Résultat, on ne rit pas une fois, on sourit par la force des choses 2-3 fois et surtout on s'ennuie terriblement car on s'attend aux "gags" qui se résument à des pipi-caca-prout pas plus dignes qu'une cour de récré. Les meilleures scènes ne concernent souvent même pas nos deux héros attardés (caméos, comic-con...). Pas étonnant que Joey Starr double Ted, c'est idéal pour lui, pas pour nos oreilles ! Déjà pas fan du premier (un film qui dénotait un peu) avec celui-ci on touche le dernier palier avant la catastrophe. Un film long auquel il manque deux choses essentielles, cohérence et mesure. On peut faire rire dans ce style encore faut-il ne pas trop souvent confondre vulgarité et grossièreté.

 

Note :         

 

06/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :