Allélluia (2014) de Fabrice du Welz

par Selenie  -  2 Septembre 2015, 17:01  -  #Critiques de films

Le réalisateur de "Calvaire" (2004) et surtout de l'excellent et sous-estimé "Vinyan" (2008) revient après la trahison du producteur Thomas Langmann sur "Colt 45" (réalisé pour une bonne partie par Frédéric Forestier bien que ce soit Du Welz qui soit crédité par contrat)... Il revient à un film entre les genres, entre thriller et film d'horreur avec toujours ce style qui n'appartient qu'à lui. Cette fois Fabrice du Welz s'inspire de l'affaire des "Tueurs aux petites annonces" où le couple Raymond Fernandez-Martha Beck tuèrent vraisemblablement une vingtaine de personnes entre 1947-1949. Une affaire qui a déjà connu le grand écran avec des films comme "Les tueurs de la lune de miel" (1970) de Leonard Kastle et "Coeurs Perdus" (2006) de Todd Robinson... Pour la transposition ce n'est rien à voir, on se retrouve dans le fin fond de la France et, historiquement, pas grand chose à voir si ce n'est que le scénario suit (dans les grandes lignes) les crimes les plus emblématiques.

082734.jpg (1500×2000)alleluia_4a.JPG (481×327)

Pour jouer le couple le réalisateur a fait appel à Laurent Lucas (10 ans après "Calvaire") et surtout à l'actrice Lola Duenas, célèbre actrice espagnole qu'on a vu souvent chez Almodovar... Si l'homme est le premier criminel, celui qui semble mené, on s'aperçoit bien vite que le personnage le plus ambigu et le plus dangereux n'est pas celui qu'on croit. Lola Duenas interprète une femme amoureuse transie jusqu'à l'obsession ce qui l'amène à tuer par jalousie mais surtout à tenter de construire un couple et un semblant de vie commune malgré le choix de vie justement choisi par les deux tueurs. On notera la présence de Hélène Noguerra (conjointe du réalisateur dans la vie). L'actrice Yolande Moreau (déjà dans "Calvaire") devait jouer dans le film mais refusa en raison de l'aspect trop sexuel. Le réalisateur a choisi de tourner ce film en pellicule ce qui apporte "davantage de beauté et d'âme" mais aussi un grain bien particulier qui ajoute au climax mortifère et malsain. Du Welz signe un thriller charnel et violent, assaisonné de perversité mais qui n'est pas dénué de comique dans des scènes qui seraient hilarantes si elles n'étaient pas si terrifiantes. Point de sensualité ici mais plus une bestialité qui fait le lien entre le sexe et la mort, cette dernière devient inévitable. Une descente aux enfers qui démarre aux "courriers du coeur" et qui finit devant une comédie sentimentale culte pour mieux montrer le chemin malheureux choisi par la femme à la recherche du grand amour. Fabrice du Welz signe là un thriller terrible et terrifiant, sanglant et particulièrement viscéral. Ames sensibles s'abstenir.

 

Note :             

 

14/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

alice in oliver 03/09/2015 17:53

Fabrice du Welz est de retour... Cela faisait un petit moment que l'on n'avait plus entendu parler de ce réal, très en forme visiblement...