Youth (2015) de Paolo Sorrentino

par Selenie  -  9 Septembre 2015, 17:36  -  #Critiques de films

Après le succès de "La Grande Bellezza" (2013) et ses multiples prix (Oscar, European Film...) le réalisateur italien réunit deux grandes stars pour un film sur la vieillesse, mais pas que et beaucoup plus. Harvey Keitel et Michael Caine interprètent respectivement un réalisateur de cinéma et un compositeur chef d'orchestre à la retraite, deux amis qui décident de s'offrir un bain de jouvence dans un hôtel au pied des Alpes suisses. L'occasion pour les deux compères de philosopher sur la vieillesse et le temps qui passe, mais le réalisateur instille aussi quelques réflexions sensibles sur la création et sur l'égo artistique. 

279345.jpg (1200×1600)youth-de-paolo-sorrentino-aussi-triste-que-sincere,M224064.jpg (1000×491)

De film en film Sorrentino parfait son style, mêlant contemplatif, dialogues au diapason passant de la légèreté feinte à la méchanceté sans jamais perdre l'émotion toujours sous-jacente. Dans "Youth" il y a aussi une forte ironie et beaucoup de mélancolie, pour ne pas dire de fatalisme, le tout servi dans un écrin magnifiquement mis en lumière. Superbe photographie d'ailleurs signée Luca Bigazzi fidèle du réalisateur depuis "L'ami de la famille" (2006). Plus que la vieillesse, l'hôtel semble surtout un refuge pour les artistes en mal d'inspiration, ou du moins en déprime plus ou moins artistique, la remise en question passant par le lien entre art et vie. Harvey Keitel et Michael Caine offrnte une performance touchante et une symbiose idéale pour le film. Outre ces deux monstres on notera les seconds rôles comme la fille en déprime (Rachel Weisz), l'acteur enclin aux doutes (un grand Paul Dano) et l'actrice sur le retour (Jane Fonda sans fard !) sans compter (évidemment) la Miss Univers qui offre deux courtes scènes aux antipodes l'une de l'autre. On peut regretter un traitement un peu plus travaillé sur le personnage du compositeur (Caine) au détriment du cinéaste (Keitel). La musique prend par là même le pas sur le cinéma (un message subliminal ?!). Ceci explique aussi les apparitions courtes mais remarquées de stars comme le musicien Mark Kozelek, la violoncelliste Paloma Faith et la chanteuse lyrique Sumi Jo. A l'instar de "La Grande Bellezza" la musique fait plusieurs grand écarts qui enrichit la bande-son comme les émotions qui passent des uns aux autres. De nombreuses scènes pleines de grâce et de piquants, quelques bonnes répliques, quelques longueurs aussi mais minimes. Un joli film aux thèmes riches et universels, empreint de poésie mais pas que. 

 

Note :                

 

15/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :