Maryland (2015) de Alice Winocour

par Selenie  -  1 Octobre 2015, 16:59  -  #Critiques de films

Second long métrage pour la réalisatrice du remarqué "Augustine" (2012), qui change radicalement d'univers. Ou du moins en apparence, car la réalisatrice appuie particulièrement sur une thématique commune à son premier film, soit l'incapacité à maitriser son corps. Pour "Augustine", elle ne pouvait faire autrement que d'exprimer sa révolte par des crises d'hystéries, ici Vincent connait des crises post-traumatiques depuis son retour du front. Cette fois pourtant la réalisatrice se focalise encore plus sur son personnage. En effet, Vincent (Mattias Schoenaerts) doit protéger Jessie (Diane Kruger) mais le scénario reste essentiellement sur le personnage de Vincent. Ses failles, bien que psychologiques, transpirent physiquement.

358052.jpg (450×600)234389.jpg (600×400)

Résultat ; Matthias Schoenaerts offre une performance à la hauteur et confirme un talent inouï, par contre la pauvre Diane Kruger a un rôle presque ingrat de femme du monde qui n'est pas franchement développé mais à qui pourtant elle réussit à donner un peu d'épaisseur. Alice Winocour s'intéresse essentiellement à l'état de Vincent, guerrier affaibli, presque handicapé, qu'une visite dans un centre de mutilés de guerre confirme. Et pourtant la réalisatrice n'oublie pas le côté thriller de son histoire. La violence est abrupte, pas de fioriture on est ici dans le réalisme et l'efficacité de cette réalité. Finalement Alice Winocour signe là l'anti-thèse de "man of Fire" (2004) de Tony Scott, un garde du corps qui s'investit personnellement mais où l'action est remplacée par les effets psychologiques et inversement. On aime le travail sur la musique, symbolisant les crises psychiques et d'angoisses paranoïaques de Vincent et qui, petit à petit, remplace juste le stress d'une attaque et/ou d'une agression. Pas de film en huis clos ici (comme on peut le lire par ci par là), mais une maison de luxe qui sert d'abord de bunker avant d'être une enceinte dont on est prisonnier que symbolise parfaitement cette épouse riche, qui ne sait rien de son mari mais qui s'en accommode. La fin fait plaisir mais est-ce vraiment cette dernière image qui sied le mieux à l'histoire ?! En tous cas un très bon et beau film, qui permet à Alice Winocour d'être une vraie promesse pour l'avenir.

 

Note :                

 

16/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

2flicsamiami 04/10/2015 13:19

Un film insaisissable, à la fois terriblement abouti (la réflexion sur le monde extérieur par l'omniprésence de la télévision et des chaines info) et profondément inachevé (l'intrigue et la psychologie, très nébuleuse, des personnages).
Par contre, je dirais davantage qu'il y a un travail sur la bande-son que sur la musique. On est plus proche du design sonore, du bruitage, que d'une musique.