21 nuits avec Pattie (2015) des frères Larrieu

par Selenie  -  26 Novembre 2015, 09:29  -  #Critiques de films

Depuis leur premier long "Fin d'été" (1999) en passant par "Peindre ou faire l'amour" (2005) et "Les derniers jours du monde" (2009) jusqu'à "L'amour est un crime parfait" (2014) Arnaud et Jean-Marie Larrieu ont su façonner une filmographie atypique et singulière, qui place le duo dans une catégorie rare et enviable, celle de la surprise et de l'originalité. Cette fois ils nous emmènent au Pays d'Oc où Caroline doit s'occuper des obsèques de sa mère avec qui elle n'entretenait plus, depuis longtemps, de relation. Elle va y découvrir ses amis jusqu'au moment où le corps de la défunte disparait... Emmené par des acteurs aussi savoureux et talentueux qui composent un casting hétéroclyte mais tout en osmose.

058028.jpg (158×214)537372.jpg (640×427)

Denis Lavant en Don Juan improbable, André Dussolier en ex-amant éperdu et "fétichiste", Sergi Lopez en époux, Laurent Poitrenaud en gendarme, Philippe Rebbot qui retrouve après "Les Chaises musicales" (2015) la douce Isabelle Carré en fille unique un peu perdue qui est surtout là, finalement, pour retrouver son désir. Elle va être bien aidée par la succulente Karin Viard, en nymphomane aussi gourmande de chair que de mots. Mais précisons que son rôle n'est pas semblable (comme on peut le lire) avec son personnage dans "Lolo" (2015) dernièrement sorti en salles. Les dialogues sont tous merveilleux de justesse, et si ceux de Karin Viard sont particulièrement crus ils ne sont jamais vulgaires et ont même une certaine poésie (érotique certe !). La bande-annonce en dit beaucoup sans dénoncer le pot aux roses. L'enquête pour retrouver le corps est au centre du récit mais c'est pour mieux nous emmener sur d'autres sentiers. Le scénario est magnifiquement construit, jamais de baisse de régime, il se passe toujours quelque chose et parfois si infime soit-elle, ce n'est jamais gratuit. Une pincée de fantastique qui tient plus d'un surréalisme onirique qui ne dénote jamais. Plus que le deuil il s'agit avant tout d'un joli film libertaire, qui ne manque pas de fantaisie même dans la gravité et qui mêle amoureusement chair et verbe sans jamais trop en dévoiler. Sans nul doute une des meilleures surprise des frères Larrieu. À déguster !

 

Note :            

 

16/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :