La Vache (2016) de Mohamed Hamidi

par Selenie  -  19 Février 2016, 07:41  -  #Critiques de films

Le réalisateur-scénariste-dialoguiste de "Né quelque part" (2013) retrouve ses acteurs Jamel Debbouze (et producteur) et Fatsah Bouyahmed (également co-scénariste et co-dialoguiste) pour une aventure qui reprend bon nombre de thématiques du premier film mais en y insérant beaucoup plus d'humour, de chaleur pour moins de politique... La génèse du film vient d'une discussion où Mohamed Hamidi expliquait son envie de faire un road-movie et Fatsah Bouyahmed qui parlait d'un oncle passionné par le Salon de l'Agriculture. Le premier y ajoutant qu'il aimait particulièrement le célèbre et mythique film "La Vache et le Prisonnier" (1959) de Henri Verneuil. Pour l'inspiration, le réalisateur pensera également aux chefs d'oeuvres du genre road-movie "Une histoire vraie" (1999) de David Lynch et "Little Miss Sunshine" (2006) de Jonathan Dayton et Valerie Faris... Donc on suit Fatah, humble paysan algérien qui rêve d'aller au Salon de l'Agriculture à Paris avec sa vache Jacqueline. Après maints essais il reçoit enfin une invitation et part après avoir reçu l'aide financière de son village. L'aventure commence vraiment après son débarquement à Marseille.

1026190.jpg (440×600)5551977_11-1-1973324813_545x460_autocrop.jpg (545×419)

D'emblée on pense à l'équation "Vive la France" (2013) de Michael Youn (dans lequel jouait déjà Fatsah Bouyahmed) avec l'excellent "Le Cochon de Gaza" (2011) de Sylvain Estibal, soit une fable humaniste et fédératrice sur un homme modeste qui veut réaliser un rêve qui peut paraitre anecdotique pour beaucoup. Notre anti-héros Fatah, aussi fan de chanson française, va devenir la coqueluche des médias. Et effectivement, un fermier algérien qui monte à Paris à pied avec sa vache aurait sans nul doute droit à un buzz qui ravirait le web, et par là même le peuple qui rêve lui aussi à des choses plus terre à terre, plus proche de lui. Fatah incarne donc tout d'un coup la vie simple, naïve sans doute mais touchante et bienfaisante. Le trop sentimentaliste tue souvent l'émotion mais ici pas du tout. Hamidi signe là une fable moderne intemporelle et universelle qui ne fait jamais la leçon, tout en instillant de belles idées d'amitié et de partage. Fatah fait rire par son innocence toute enfantine et dénuée de méchanceté. Le scénario fait rire car il ne déborde jamais sur des sujets éculés et oublie le racisme (qu'on pourrait croire obligatoire et omniprésent) pour le combat des agriculteurs (en pleine actualité !) beaucoup plus proche des intérêts du paysan algérien qu'est Fatah. Le road-movie est un magnifique plebiscite pour la France, sans animosité aucune. Cette comédie est une vraie belle surprise qui offre quelques petites larmes, quelques rires, beaucoup de sourires et une paire de banane-pêche en sortant de la salle qui doit être la faute de la Poire ! (lol)... Un bon rythme (qui frôle la rupture à deux reprises mais qui s'en sort), des gags simples mais qui font mouches car ils ne cherchent jamais la surenchère, et une émotion constante qui parlera à tous. Bref, surpris par cette belle réussite et donc à voir et à conseiller !

 

Note :           

 

16/20