10 Cloverfield Lane (2016) de Dan Trachtenberg

par Selenie  -  17 Mars 2016, 09:21  -  #Critiques de films

Un réalisateur inconnu aux commandes d'un film qui était annoncé comme une suite de "Cloverfield" (2008) de Matt Reeves avant que son producteur J.J. Abrams (le renouveau des franchises "Star Trek" et "Star Wars", c'est lui) ne précise qu'il n'existe que "un lien de sang" entre les deux films. Le réalisateur Dan Trachtenberg ajoutant que "... c'est quelque chose qu'ils ont conçu pour faire partie de ce qu'ils appellent le "Clover-verse" ... Mais très vite on constate que le lien entre les deux films réside seulement dans un mot commun dans le titre, sinon ça n'a strictement rien à voir ! Outre son prestigieux producteur, on compte dans les co-scénaristes Damien Chazelle auteur de l'excellent "Whiplash" (2014). "10 Cloverfield Lane" a un budget 5 fois inférieur (5 millions pour 25 millions au premier), expliqué entre autre par un changement d'environnement. Une métropole pour "Cloverfield", le huis clos pour "10 Cloverfield Lane". Un huis clos dans une sorte d'abri atomique où une jeune femme se réveille et où un homme dit l'avoir sauvée d'une attaque chimique qui a rendu le monde extérieur inhabitable. 

10-cloverfield-Lane-affiche.jpg (2835×3850)4239320.jpg (900×600)

Apocalypse, autarcie, huis clos par peur du monde extérieur, on se trouve entre "Canine" (2009) de Yorgos Lanthimos et "Les Derniers jours" (2013) de frères Pastor avec une pincée de "Take Shelter" (2012) de Mike Nichols. La femme est interprétée par la charmante Mary Elizabeth Winstead (trop rare qui mérite plus de reconnaissance) et l'homme est joué par l'excellent John Goodman (dernier film important avec "Monuments Men" (2014) de George Clooney). Comme tout bon huis clos l'atmosphère doit marier réalisme et suspense, angoisse et espérance. L'ambiance anxiogène est le point central avec les interrogations naturelles de la jeune femme et le suspense qui nous assaille et notamment sur cet homme, est-il un fou psychopathe ou un samaritain honnête ?! Quelques rebondissements pour nous affirmer une chose avant qu'on ait un doute... etc... Jusqu'à cette fin un peu poussive, trop tirée en longueur et qui dépasse un peu la limite du raisonnable (et donc du réalisme recherché) où tout d'un coup la belle Michelle (Winstead) flirte avec son côté Lara Croft. Sur 1h45 les 15 dernières minutes n'ont plus rien à voir avec le huis clos et passe pas loin du hors sujet. Néanmoins ça reste un thriller horrifique plutôt bien ficelé, bien joué et particulièrement efficace à défaut d'être complètement surprenant.

 

Note :             

 

14/20