Belgica (2016) de Felix Van Groeningen

par Selenie  -  3 Mars 2016, 09:26  -  #Critiques de films

Le réalisateur belge revient après avoir été remarqué pour "La merditude des choses" (2009) et avoir reçu une reconnaissance internationale pour le déchirant "Alabama Monroe" (2013). Cette fois il quitte le mélo country pour revenir à une chronique familiale, ou plutôt sur une chronique fraternelle où deux frères qui s'étaient éloignés l'un de l'autre se retrouvent et se réunissent pour ouvrir un bar club. Le scénario (co-écrit comme d'habitude par le réalisateur) reprend la trame classique ascencion-apogée-crise-déclin où les frères vont apprendre que travailler en famille n'est pas si simple, que le monde de la nuit n'est pas "normal", que les choix professionnels influent automatiquement sur les choix de vie au quotidien. Délaissant ses acteurs habituels (à l'exception de Sara De Bosschere), Van Groeningen a choisi pour les deux rôles principaux deux acteurs peu connus, Tom Vermeir et Stef Aerts très convaincants, qui offrent de bien jolies performances.

547524.jpg (214×290)523257.jpg (1600×844)

Si le scénario est assez classique, le film repose aussi essentiellement sur la BO électro-Rock. Pour ce film le réalisateur a fait appel à des amis, le groupe Soulwax, déjà dur la BO du premier long métrage du réal, "Steve+Sky"  en 2004) qui a composé la BO et qui a créé de toute pièce les groupes présents dans le film. Une BO idéale et complètement en osmose avec le Belgica (nom du Club). L'ambiance et l'atmosphère du Belgica sont parfaitement en adéquation avec sa musique, mine de rien c'est sans aucun doute le gros bonus du film. Les parties festives et musicales imposent des passages festifs très énergiques qui font que contrebalancer le déclin annoncé déjà par l'omniprésence des stupéfiants. Malheureusement le film n'atteint pas nos coeurs comme l'a fait "Alabama Monroe". En effet, le lien entre les deux frères n'est pas étoffé (pourquoi ils se sont perdus de vue entre autre ?!), comme la présence familiale qui reste assez superficielle. Résultat on reste trop en retrait niveau émotion malgré plusieurs scènes importantes qui reposent sur les sentiments. Dans ce récit ("pas réellement autobiographique, mais sûrement son film le plus personnel"- dixit le réalisateur) il y a quelques "blancs" dommageables, comme les suites judiciaires passées à l'as. Néanmoins Felix Van Groeningen est assurément un des meilleurs réalisateurs belges (côté flamand) du moment. Un style affirmé et un travail essentiel sur la bande son font que le film reste un drame survolté, dommage que ces destins ne nous touchent pas plus.

 

Note :             

 

13/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :