Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

La Dream Team (2016) de Thomas Sorriaux

24 Juin 2016, 14:03pm

Publié par Selenie

Premier long métrage en solo pour Thomas Sorriaux, qui a déjà réalisé en duo avec François Desagnat les délires oubliables "La Beuze" (2002) et "Les 11 Commandements" (2003). Le titre "Dream Team" est assez cocasse, car il s'agit du titre pour l'Italie d'une autre comédie française, "Les Seigneurs" (2012) de Olivier Dahan avec lequel "La Dream Team" (2016) a justement bon nombre de similarités... Dans ce dernier, un footeux has been s'exile en province où il va prendre en charge l'équipe du coin et faire un retour aux sources tandis que dans "Les Seigneurs" c'est tout une équipe de bras cassés qui s'exile en province pour une comédie plus "franche" et plus "délirante"...

227670.jpg (800×1087)165653.jpg (1080×720)

Ici vous n'allez pas rire à gorge déployée, il s'agit avant tout d'une comédie familiale bien comme il faut avec ses bons sentiments et ses clichés franchouillards. Depardieu y joue un père bien sous tous rapports qui va tenter de se rapprocher de son fils star du foot, interprété par Medi Sadoun qui étoffe sa filmographie depuis "Les Kaïras" (2012) de Franck Gastambide et "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ?" (2014) de Philippe de Chauveron. Ajoutez au casting Chantal Lauby et Patrick Timsit en appui et des jeunes dont on a oublié le nom mais qui nous disent quelque chose comme Theo Fernandez le fils des "Tuche" ou Emir Seghir vu dans "La vraie vie des Profs" (2012). Le plus gros soucis dans ce film c'est le manque total de point de vue, aucune de prise de risque sur aucun point, c'est le grand pays des bisounours où même les méchants sont plus ou moins sympathiques ! A regarder en famille avec ses jeunes enfants pourquoi pas, sinon passez votre chemin. Niveau humour on est dans la comédie populaire où on arase tout pour que rien ne dépasse, c'est de l'humour maison, sans gaudriole et avec pas mal d'innocence et de mièvrerie. Rien de méchant à tout point de vue, ça se regarde et puis s'en va.

 

Note :            

 

09/20

Commenter cet article