Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

A Touch of Zen (1971) de King Hu

19 Juillet 2016, 08:12am

Publié par Selenie

Film culte par excellence du genre Wuxia, souvent classé parmi les meilleurs du genre et cité entre autres par Tarantino pour "Kill Bill" (2003) ou Ang Lee pour "Tigre et Dragon" (2000), ce film est sorti dans sa première version taïwanaise en deux parties en 1970 et 1971 avant de connaitre un nouveau montage pour un film unique de 3 heures. Une fresque épique signée King Hu qui avait déjà ouvert la voie au Wuxia avec un film tout aussi cultissime "L'Hirondelle d'Or" (1966). Adapté de l'oeuvre de Pu Songling, on suit un intellectuel qui vient en aide à une jeune femme esseulée (mais pas fragile !) qui tente d'échapper à la police politique qui a tué son père. Ils seront aidés par un moine bouddhiste expert en arts martiaux.

148543.jpg (1200×1600)touch_une.jpg (1090×500)

Ce film est un cas à part également pour sa mise en scène dans laquelle le réalisateur King Hu ne cherche pas la performance martiale et/ou la surenchère d'action. Une grande partie du film joue sur le contemplatif, s'attardant sur les paysages comme sur les instants plus ou moins mystiques. La grande réussite de King Hu est de marier de belle façon les paysages aux scènes d'action, mais aussi les scènes plus intimes bien qu'on ait des difficultés à apprécier le personnage de Gu ChenShai, le lettré. Sur 3 heures le film change de point de vue, de la chasse à l'homme (à la femme !) pure avec un fond politico-révolutionnaire, on vire doucement vers un propos plus mystique. Trop sans doute avec une fin qui manque un peu de subtilité. Les combats sont prenants car un petit suspense se dégage néanmoins sur l'issu de certains combats. Le casting est plutôt bon à l'exception notable de Shih Chun (le lettré) qui en fait des tonnes dans le surjeu grandguignolesque bêta. Mais on apprécie la finesse et la beauté de Feng Hzu (qui deviendra productrice notamment de "Adieu ma concubine" en 1993 de Chen Kaige) et on reconnaitra Roy Chiao (le terrible Lao Che dans "Indiana Jones et le Temple maudit" en 1984 de Steven Spielberg). En prime une magnifique photographie pour une fresque envoûtante qui, rappelons-le, est classée 9ème au classement des 100 meilleurs films chinois.

 

Note :             

 

15/20

Commenter cet article