Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

Nocturama (2016) de Bertrand Bonello

7 Septembre 2016, 15:41pm

Publié par Selenie

Le réalisateur Bertrand Bonello divise avec ce nouveau film alors même qu'il avait plutôt reçu des critiques unanimes pour l'excellent "L'Apollonide - souvenirs de la maison close" (2011) et le réussi "Saint Laurent" (2014). Toujours aussi audacieux et ambitieux, le réalisateur l'est une nouvelle fois avec ce film qu'il serait trop facile de résumer en une seule ligne. Des jeunes (disons entre 16 et 26 ans) agissent méthodiquement pour faire exploser 4 sites symboliques dans Paris. Du terrorisme dit "cocotte minute" (selon Bonello lui-même) où comment des jeunes, devant le constat que notre sociétré n'est plus viable, décident d'agir et de répondre à l'extrême à la question "pourquoi ça n'explose pas ?". Pensé lors du tournage de "L'Apollonide", Bertrand Bonello réalise, écrit et signe même la BO  d'un film radical autant dans la forme que dans le fond avec un groupe de jeunes acteurs plus ou moins expérimentés. Ces derniers sont quasi tous inconnus ou méconnus du grand public et sont menés par le compétent Vincent Rottiers (qu'on ne présente plus) et surtout Finnegan Oldfield qu'on voit beaucoup depuis qu'il a été remarqué dans "Les Cowboys" (2015) de Thomas Bidegain.

438207.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx-756x1024.jpg (756×1024)image.jpg (660×371)

D'abord titré "Paris est une fête" le réalisateur a préféré changer pour "Nocturama", titre d'un album de Nick Cave après les attentats de Paris le 13 novembre 2015. Dans la forme on reconnait le sens de l'image du réalisateur, son cadrage assez inouï et particulièrement travaillé qui prend toute sa valeur avec le montage où les points de vue et angles de vue imposent une sorte de tournis maitrisé. Le film est composé de 3 parties distinctes : l'organisation méthodique du plan en 1, le regroupement et l'attente en 2 et le dénouement en 3, le tout coupé de quelques flash-backs. Malheureusement le fond de l'histoire manque d'intérêt et offre surtout soit des maladresses narratives et/ou des invraisemblances. Par exemple on ne sait pas grand chose de l'origine du groupe (issu de milieux divers), on ne connait jamais franchement le but et le pourquoi du comment, jamais les conséquences ne semblent franchement atteindre ces jeunes (tuer n'est pas facile !) bref, jamais on ne peut se résoudre à les comprendre sur quoi que ce soit. Finalement ils agissent comme des gamins pourris gâtés et/ou comme des gosses immatures qui délirent sans se rendre compte de la gravité de leurs actes. Il manque au scénario une idée de départ assez solide pour que ces jeunes puissent être simplement crédibles dans leur quête "révolutionnaire". Ces jeunes semblent surtout d'une naïveté assez bluffante pour des actes qui sont d'une vacuité tout aussi sidérante. Un constat qui va à l'encontre de ce que voulait Bonello semble-t-il, à savoir en faire un film révolutionnaire et rock'n roll. La BO passe en revue plusieurs genres, de l'électro djeuns au générique de "Amicalement Votre" en passant par une reprise de "My Way" dans une scène d'une grâce affolante. Bertrand Bonello est un grand réalisateur, d'une inventivité certaine mais malheureusement si la forme est créative et prenante, le fond est vain et sans grand intérêt.

 

Note :               

 

12/20

Commenter cet article

andika 09/09/2016 15:50

Le réussi Saint-Laurent ? C'est sérieux ? Oui, réussi sur le plan esthétique mais au niveau de la narration, du scénario ? C'est un film très ennuyeux !

Selenie 09/09/2016 16:55

Comme tu le dis, oui sur un plan, ce qui n'est pas si mal. Ensuite comme toujours il y aura toujours débat... Mais en ce qui concerne "Nocturama", ce film-ci est bien plus ennuyeux que le "Saint-Laurent" (Et cette version est bine plus réussie que le film de Lespert soit dit en passant).