L'Ultime Attaque (1979) de Douglas Hickox

par Selenie  -  31 Octobre 2016, 09:34  -  #Critiques de films

Ce film historique retrace la bataille d'Isandhlwana lors de la guerre anglo-zoulou de 1878-1879 et il est très intéressant de le relier au film "Zoulou" (1964) de Cy Enfield. D'abord parce que ce dernier est également le scénariste de "L'Ultime Attaque" et que "Zoulou" retrace, lui, la bataille de Rorke's Drift qui s'est déroulée juste après la bataille d'Isandhlwana, et que beaucoup considèrent Rorke's Frft non pas comme une bataille différente mais bien comme une incidente directe à la première. En plus de la chronologie des deux batailles, le lien avec Cy Enfield sur les deux films pousse à prendre "L'Ultime Attaque" comme le prequel à "Zoulou".

lultime-attaque.jpg (384×540)

Cette précision étant faite, ceux qui ont vu "Zoulou" ne pourront qu'acquiescer tant les deux films sont faits du même moule. Une première partie de présentation des protagonistes et du contexte colonial, une seconde partie focalisée sur la bataille elle-même avec son lot de trahisons, de lâcheté, de bêtise, d'héroïsme... Le réalisateur Douglas Hickox, jusqu'ici plutôt spécialiste de polars virils comme "La Cible hurlante" (1972) et "Brannigan" (1975) signe un film historique de très bonne facture et efficace qui doit aussi beaucoup à son casting de luxe. Outre les expérimentés acteurs britanniques comme Nigel Davenport et John Mills, on reconnaitra Bob Hoskins alors encore peu connu. Mais les deux stars restent Peter O'Toole et Burt Lancaster alors tous deux dans le déclin de leur carrière.

2684824055.JPG (1020×431)

Ils jouent parfaitement leur partition dans cette reconstitution soignée, comme souvent sur ces films historiques avec des décors et des costumes qui ajoutent une valeur ajoutée certaine. Néanmoins le film pêche surtout lors de la charge des zoulous. En effet, le film soutient que les britanniques croulent finalement sous le surnombre important des zoulous, submergés comme par une déferlante. Un peu simpliste quand on sait que les Zoulous avaient des tactiques plus élaborées, en témoigne d'ailleurs les pertes finales entre les deux camps. Outre cette facilité malheureuse qui atténue la valeur guerrière des zoulous, le film reste passionnant notamment dans la description des conflits hiérarchiques. Un film qui gagne en valeur si vous voyez "Zoulou" dans la foulée.

 

Note :                 

14/20