Inferno (2016) de Ron Howard

par Selenie  -  16 Novembre 2016, 17:14  -  #Critiques de films

Après les déjà insipides "Da Vinci Code" (2006) et "Anges et Démons" (2009) voici donc le retour du professeur Langdon, héros des romans de Dan Brown, toujours adaptés par le réalisateur Ron Howard et toujours un héros joué par la star Tom Hanks. Et pourtant cette fois ce 3ème film est l'adaptation du 4ème tome alors que le 3ème tome "The Lost Symbol" est prévu pour plus tard... Le pourquoi du comment ?! Aucune idée mais ça parait bien stupide. Malheureusement nous risquons donc d'avoir un 4ème opus.

inferno-e1478647000301.jpg (400×543)

Scénarisé par David Koepp (grand réalisateur à ses débuts...) qui avait déjà signé "Anges et Démons", l'histoire laisse cette fois en plan toute la dimension chrétienne et/ou ésotérique pour une simple enquête où il faut contrer un illuminé qui vaut détruire 95% de la population mondiale. On se retrouve vite dans un mixte entre "James Bond" et "Indiana Jones" à ceci près que Langdon est un héros trop "normal" et que, malgré un joli casting, on se fout royalement de l'intrigue. Pour les amoureux des complots liant de près ou de loin le Vatican : passez votre chemin, ici on est dans un pseudo-thriller de base qui use de grosses ficelles pour nous tenir en haleine. La seule idée qui aurait pu étoffer le récit est le débat sur la surpopulation mondiale. Malheureusement ça tourne court, quelques extraits vidéos semblent faire l'affaire tandis que le méchant, Zobrist, est un psychopathe dont le statut de visionnaire est trop atténué. En effet, dans le roman il n'est pas un simple fou mais il apporte une ambiguïté notable sur un débat tabou qu'est la surpopulation galopante. Le film arase complètement ce point de vue pour faire de Zobrist un ersatz des méchants bondien.

inferno-tom-hanks-and-felicity-jones-dante-death-mask.jpg (676×451)

De complot le scénario n'en a cure : l'intrigue reste une enquête très classique qui repose sur une référence à Inferno (Enfer en italien), premier chapitre de la Divine Comédie de Dante (les suivants étant le Purgatoire et le Paradis). Tom Hanks reprend son rôle auquel on adjoint une idylle avec la talentueuse actrice danoise Sidse Babett Knudsen (vue dans "After the wedding" de Suzanne Bier et "L'Hermine" (2015) de Christian Vincent), l'atout charme avec Felicity Jones (actrice qui monte et qui risque d'atteindre la stratosphère avec bientôt "A Rogue One : a Star Wars story" de Gareth Edwards), le méchant joué parfaitement par Ben Foster tandis que Irrfan Khan et Omar Sy se retrouvent après "Jurassic World" (2015) de Colin Trevorrow. Ron Howard, réalisateur qui peut être à son meilleur comme "Willow" (1988), "Frist/Nixon" (2008) ou "Rush" (2013), sait-il que ses plus mauvais films sont ses adaptations des romans de Dan Brown ?! Cet opus est le pire, pas de panache, histoire trop mécanique et surtout un scénario qui retire tout ce qui aurait pu donner du sens. Sans surprise, divertissant sans doute pour les fans mais en réalité ennuyeux et surfait.

 

Note :               

07/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :