Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

Nocturnal Animals (2017) de Tom Ford

5 Janvier 2017, 15:44pm

Publié par Selenie

Sept années, déjà sept ans qu'on attend un autre film de Tom Ford, styliste haute couture qui avait surpris son monde en réalisant un premier long métrage, "A Single Man" (2010), un coup de maitre qui fait de ce film un chef d'oeuvre éblouissant. Sept ans après donc, il revient avec un thriller de facture un peu plus classique adapté du roman "Tony and Susan" (1993) de Austin Wright par Tom Ford lui-même qui signe un scénario libre avec surtout une transposition d'époque et des lieux sensiblement différents. Mais comme toute adaptation littéraire le plus important est d'en garder l'esprit et le fond. Pour ce nouveau film, le cinéaste Tom Ford retrouve en grande partie la même équipe technique que sur "A Single Man" notamment la chef monteuse, le compositeur et sa chef costumière mais, par exemple, il change de directeur photo avec Seamus McGarvey (à l'oeuvre sur des films comme "We need to talk about Kevin" en 2011 de Lynne Ramsay et "Anna Karenine" en 2012 de Joe Wright). 

415908.jpg (530×720)

Pour son second film Tom Ford a réuni un casting prestigieux mené par Amy Adams auréolée encore du succès en salle de "Premier Contact" (2016) de Denis Villeneuve. Suivent les personnages centraux joués par des acteurs de grande classe avec Jake Gyllenhall et Michael Shannon. Mais on peut citer également Aaron Taylor-Johnson, Isla Fisher, Armie Hammer, Laura Linney, Michael Sheen, Andrea Riseborough et Jena Malone. Un casting hétéroclite et judicieux qui permet aussi de remarquer trop de personnages sous-exploités. On sait maintenant que l'esthétique est d'une importance capitale pour Tom Ford (logique) et il est une fois de plus particulièrement soigné. A tel point d'ailleurs qu'afin d'éviter une voix Off omniprésente, le réalisateur-scénariste favorise un monologue fait de visions. On devine la complexité à mettre en scène un tel récit qui se lit sur deux niveaux avec deux histoires qui évoluent en parallèle et avec un lien qui apparaît par brides. Ce lien entre les deux histoires est sans doute le point faible du film car pas assez ténu, pas assez fort ni évident comparé à toute la complexité d'une telle vengeance. Le film est donc scindé en deux, une actuelle teintée d'un léger bleu pour matérialiser la vie froide et superficielle de Susan (Amy Adams), l'autre fictive et poussiéreuse teintée de couleurs chaudes. Bien que nécessaires les interludes de la partie fictive où on revient à Susan sont un peu surjoués (Amy Adams en fait un peu trop dans le style lectrice très troublée).

nocturnalanimals.jpg (1000×580)

La partie "actuelle" est sans doute un peu ennuyeuse et repose essentiellement sur le personnage de Susan mais permet aussi de comprendre pourquoi elle repense aussi vivement à son ex romancier avec cette omniprésence de l'art sous toutes ses formes qui semble surtout meubler le vide de son existence. La partie "fictive" où le roman prend vie est la plus prenante mais cela tient surtout à son genre, le thriller pur prenant tout d'un coup la main sur la narration. Si au début on comprend mal le rapport du roman avec Susan le lien se fait de manière assez abrupte et sans doute un peu trop vite dans le récit mais la vengeance est bien là, assez originale et dont la violence psychologique est plutôt inédite. Tom Ford signe un film à la beauté plus conventionnelle mais il signe pourtant un thriller psychologique audacieux qui reste esthétiquement sublime et qui, niveau émotion, secoue une fois de plus dans une autre thèse sur la solitude. Un film qui ne peut laisser insensible, la société Focus Features ne s'y est pas trompée en achetant les droits de distribution à hauteur de 20 millions de dollars lors du Festival de Cannes, un record ! Un film également récompensé du Grand Prix du Jury au festival de Venise. Le second film est toujours un risque à prendre, surtout après un chef d'oeuvre, le réalisateur est attendu au tournant et si "Nocturnal Animals" est sans doute moins abouti, Tom Ford a osé un second film tout aussi unique, dense et habité.

 

Note :            

16/20

Commenter cet article