Chouf (2016) de Karim Dridi

par Selenie  -  9 Février 2017, 16:10  -  #Critiques de films

Le retour de Karim Dridi après le naufrage de son film "superproduction", "Le Dernier Vol" (2009) qui reste un des plus gros bides français de ces dernières années. Il revient pour ainsi dire aux sources en signant ce qui peut être vu comme le dernier volte de sa trilogie "marseillaise". Après "Bye Bye" (1995) et surtout "Khamsa" (2008) il revient dans les quartiers Nord de Marseille pour une plongée dans le trafic de drogues et les règlements de compte. D'abord titré "Caïds" par le réalisateur-scénariste le film est renommé après la bonne idée du producteur Rachid Bouchareb (également réalisateur de "Indigènes" en 2006, "London River" en 2009 et "La voie de l'ennemi" en 2014). "Chouf" signifiant "regarde" et "celui qui regarde", par ricochet le guetteur...

244862.jpg (530×720)

On suit donc Sofiane, étudiant à Lyon qui revient voir sa famille qui vit grâce aux trafics de son frère ainé. Ce dernier est abattu et Sofiane décide de rester par envie de vengeance... Sofiane est interprété par Sofian Khammes jeune comédien du Conservatoire et aperçu dans "Le Convoi" (2016) de Frédéric Schoendoerffer. On peut noter en guest l'excellent Simon Abkarian (déjà dans "Khamsa) et la jolie Nailia Harzoune (vue dans "Geronimo" en 2014 de Tony Gatlif). Mais la majorité du casting sont des comédiens non professionnels choisis dans les quartiers même. Dans un style éloigné (heureusement !) de son dernier film et plus proche du réalisme de terrain de "Khamsa" Karim Dridi réalise un polar urbain sous couvert de drame social. Sur ce dernier point, trop souvent utilisé comme circonstance atténuante un peu facile et, de plus, souvent juste un prétexte pour un polar abrupt dans les bas-fonds du trafic de stups.

Photo-3-Chouf-800x338.jpg (800×338)

Le scénario est classique et cousu de fil blanc avec le pauvre fils bien sous tous rapports, intelligent (il fait des études voyons !) et qui tombe du mauvais côté pour venger son frère. Malgré les 24 ans et les études le Sofiane est pourtant peu intéressant, il choisit sa voie comme un ado de 15 ans plein de fougue et d'immaturité. Sa relation amoureuse est tout aussi vaine. La vraie réussite du film est d'éviter trop les clichés et d'apporter de la consistance sur les seconds rôles. Najet (l'amoureuse de Sofiane) apporte le crédit féministe, sans surprise mais efficace, tandis que le caïd (très bon Foued Nabba) est un homme pragmatique, conscient et qui n'agit jamais sur un coup de tête ou de façon impulsive. Rien d'exceptionnel dans le fond et la forme, sensation d'avoir déjà vu mais c'est plutôt bien joué et ça reste plutôt réaliste et efficace même si ça manque un peu de neuf et d'audace.

 

Note :            

13/20 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :