T2 Trainspotting (2017) de Danny Boyle

par Selenie  -  2 Mars 2017, 17:44  -  #Critiques de films

Pari risqué pour l'équipe de se lancer dans la suite de "Trainspotting" (1996), chef d 'oeuvre mythique et film culte par excellence. Pari risqué aussi pour la réconciliation entre le réalisateur Danny Boyle et la star Ewan McGregor, en effet après trois films dont "Petits meurtres entre amis" (1994) et "Une vie moins ordinaire" (1997) ils devaient se retrouver pour le film "La Plage" (1999) avant que les producteurs forcent le cinéaste à prendre Leonardo Di Caprio, une brouille qui durera tout de même près de 20 ans ! De l'eau est passé sous les ponts comme on dit, cette suite semble en fait ressouder une amitié, comme dans le film finalement. Danny Boyle a attendu que son scénariste fétiche trouve la bonne idée en écrivant un scénario original, car si la suite officiel au roman "Trainspotting" (1993) est "Porno" (2002) toujours signé de Irvin Welsh (qui fait une apparition dans le rôle du caîd) le cinéaste et son scénariste ont préféré faire abstraction du milieu du porno. John Hodge a néanmoins pris ses sources dans les deux romans,  "Trainspotting" et "Porno" pour imaginer le retour des quatre "amis" de Edimbourg 20 ans après.

255354.jpg (960×540)

Entre temps Danny Boyle est devenu un réalisateur incontournable après les succès de "28 jours plus tard" (2002) et "Slumdog millionaire" (2008) tandis que Ewan McGregor est devenu une star mondiale avec "Star Wars : La Menace Fantôme" (1999) de George Lucas et "Moulin Rouge" (2001) de Baz Luhrmann. Les autres acteurs du film ont eu des carrières plus mitigées, on voit surtout régulièrement Ewen Bremner (Spud) dans des seconds voir troisièmes rôles, après un passage à vide au début des années 2000 Johnny Lee Miller (SickBoy devenu Simon) connait un petit regain avec la série TV "Elementary" (2012-...), idem pour Robert Carlyle (Begbie) série TV "Once Upon a Time" (2011-...) et Kelly MacDonald (Diane) "Boardwalk Empire" (2010-2011). Au casting il y a une nouvelle, la belle Anjela Nedyalkova (révélé dans "Avé" (2012) de Konstantin Bojanov) qui se retrouve dans un rôle qui serait le mixte entre Renton et Diane. Le film démarre avec quatre prologues qui nous montre nos 4 zigotos là où ils sont en 2016 avant de doucement mettre en place l'intrigue qui va les réunir. Danny Boyle tente bien de rester dans la veine de son 1er "Trainspotting" et il y parvient plutôt bien grâce notamment à son quator d'acteurs qui retrouvent leurs personnages avec une impressionnante justesse, pas de soucis ces quatre là sont bel et bien nos Spud, Renton, Begbie et SickBoy. On retrouve quelques personnages du premier avec Gail, Diane et le père de Renton entre autres.

016464.jpg (1081×720)

Mais on peut être déçu par un abus sans doute facile des flash-backs ajoutant une dimension appuyée à la mélancolie et à la nostalgie. Les quatre écossais n'ont semble-t-il pas évoluer avec leur temps, à seulement 45-50 ans ils n'ont pas grandit avec leur temps, Edimbourg surtout n'est plus la petite ville d'Ecosse mais une métropôle européenne en pleine expansion. Etonnament "Trainspotting" était un film sur sont temps, pertinent et tellement irrévérencieux, ce "T2" est lui un peu mollasson, regardant trop dans le rétroviseur et frileux car beaucoup moins audacieux. Danny Boyle a pris un pari risqué avec cette suite mais il n'en prend jamais la mesure et reste en sécurité avec un scénario bien sage finalement. Une histoire sur le temps qui passe, la vieillesse, sur les difficultés de faire des choix... etc... Mais c'est aussi un récit qui se mord la queue, qui tourne un peu en rond avec un final qui ne choisit pas sa route. Une fin trop neutre malgré l'évident plaisir de retrouver ces personnages. Un "Trainspotting" plus calme, moins délirant autant côté humour que côté violence, la mélancolie et la nostalgie prenant trop de place pour autre chose de plus profond. Un bon film mais bien moins puissant que l'original.

 

Note :             

14/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :