Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

Josey Wales, hors-la-loi (1976) de Clint Eastwood

25 Avril 2017, 15:08pm

Publié par Selenie

5ème film en tant que réalisateur, 4ème en tant que acteur-réalisateur, Clint Eastwood entre cette fois dans la cour des grands avec son premier véritable chef d'oeuvre. Un western désenchanté, sombre et crépusculaire adapté du roman "The Rebel Outlaw : Josey Wales" (1973) de Forrest Carter (écrivain membre du Ku Klux Klan). L'acteur-réalisateur achète les droits du roman avec ses propres deniers et engage le jeune Philip Kaufman (venait de réaliser son premier long "La légende de Jesse James" en 1972 et futur réalisateur du grand film "L'Etoffe des Héros" en 1983) pour signer le scénario, co-écrit par Sonia Chernus, un certain Michael Cimino (ayant fait tourner Eastwood dans son premier long "Le Canardeur" en 1974) aurait également participé à l'écriture. Pour le casting, si c'est Kaufman qui choisit l'acteur Chief Dan George (véritable chef de la nation Tsleil-Waututh, déjà apparu dans "Little Big Man" en 1970 de Arthur Penn) Eastwood impose l'actrice Sondra Locke, sa maitresse depuis peu (6 films avec et pour Eastwood malgré le mariage de ce dernier).

18864536.jpg (495×700)

La scène d'ouverture est un prologue obligatoire pour asseoir ce que va devenir Josey Wales mais c'est pourtant la partie (plus tard "Impitoyable" en 1992 y fera écho) la plus ratée du film ! En effet, entre le jeu maladroit de Eastwood clairement pas à l'aise, le ketchup et un coup de sabre mal mis en scène le film débute plutôt maladroitement. Heureusement après 10mn le film prend enfin son envol et impose toute son ampleur. Sous couvert d'un simple western sur fond de vengeance la star réalise un western plus profond qu'il n'y parait avec des interlignes et notamment sur les conséquences de la guerre civile.

18864569.jpg (495×325)

Si l'histoire est sombre et tragique, l'apport plus léger du personnage du vieil indien est primordial à deux points de vue. Il est d'abord le symbole de la fin d'une époque, il est ensuite l'atout humour avec un décalage bienvenu entre le vieil indien revenu de tout et un monde toujours sans pitié. Pour l'anecdote ce film a une suite, "The return of Josey Wales" (1986) de et avec Michael Parks. En tous cas il s'agit d'une oeuvre majeure dans la filmo du réalisateur-acteur Clint Eastwood et aurait encore gagné si seulement le début n'était pas si bancal. Un grand film, premier chef d'oeuvre du maitre.

 

Note :             

19/20

Commenter cet article