Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

Retour à Cold Moutain (2004) de Anthony Minghella

30 Mai 2017, 07:39am

Publié par Selenie

Ce film est souvent comparé au chef d'oeuvre "Autant en emporte le vent" (1939) de Victor Fleming, si on n'est pas au niveau il n'en demeure pas moins que le réalisateur Anthony Minghella réveille le genre, le romanesque historique, de bien belle façon. Fresque d'aventure, saga romantique, western, un mélange des genres savoureux avec en prime un casting prodigieux à la façon de l'Âge d'Or de Hollywood. Le producteur Harvey Weinstein voulait au départ le couple Tom Cruise-Nicole Kidman en tête d'affiche mais le couple s'était séparé en 2001 et Nicole Kidman entendait reprendre sa vie et sa carrière en main symbolisé par son succès avec le magnifique "Moulin Rouge !" (2001) de Baz Luhrmann. Cruise était de plus beaucoup trop cher pour Miramax (boite de Weinstein) il fut donc remplacé par Jude Law, choix idéal pour le réalisateur qui l'avait fait tourner dans "Le talentueux M. Ripley" (1999).

18371702.jpg (600×800)

Outre le couple star le casting est étoffé d'une myriade d'acteurs, des chevronnés comme Ray Winstone, Donald Sutherland, Brendan Gleeson, Giovanni Ribisi, mais aussi le regretté Philip Seymour Hoffman, les actrices en pleine ascension Natalie Portman (avec "Star Wars" 1999-2001-2005) et Renée Zelwegger (après "Le journal de Bridget Jones" en 2001 de Sharon Maguire), l'acteur Cillian Murphy vient juste de se faire un nom avec "28 jours plus tard" (2003) de Danny Boyle et Charlie Hunman (actuellement dans "Le roi Arthur : la légende d'Excalibur" de Guy Ritchie) est encore un inconnu. Le cinéaste retrouve également deux acteurs importants, derrière la caméra avec la costumière  Ann Roth et le Directeur Photo John Seale qui étaient déjà tous les deux sur "Le Patient Anglais" (1996). Ces derniers ont une importance capitale puisque les costumes ont particulièrement été étudié pour être le plus fidèle possible à l'époque, et la reconstitution générale est digne de la précision et la méticulosité d'un Kubrick. Le mélange des genres est parfaitement maitrisé avec des destins chamboulés par la guerre civile. Le scénario est découpé en plusieurs actes mais sans césure nette, minghella privilégiant une certaine fluidité tout en passant de Cold Moutain au périple de Inman (Law).

5902370.jpg (1020×574)

Périple qui est largement inspiré par l'Odyssée de Homère comme le précise le réalisateur : "Charles Frazier a pris modèle sur l'Odyssée pour nous raconter l'histoire d'un soldat mû par le désir impérieux de regagner sa terre natale. (...) Son périple n'est pas seulement un exploit physique, mais un voyage spirituel."... Si esthétiquement on reconnait toute l'élégance de Minghella le film ne délaisse pas toute la violence inhérente à la guerre, outre la milice sudiste (le parallèle avec 39-45 se fait aisément) l'action prend une tournure aussi effrayante que surréaliste (mais vraie !) sur la séquence incroyable tirée de la Bataille du Cratère (faits réels du 30/07/1864). La richesse du récit tient également aux seconds rôles, nombreux mais tous imbriqués intelligemment dans le récit, une densité qui enrichit l'histoire mais aussi les personnages les un les autres. Finalement le seul soucis reste le personnage de Ada, interprétée sans doute de façon trop précieuse par Nicole Kidman et qui peut agacer. A contrario, si Renée Zelwegger cabotine un chouïa, elle offre une belle performance dans un contre-emploi surprenant qui lui vaudra l'Oscar et le Golden Globes du meilleur second rôle féminin.

 

Note :          

17/20

 

Commenter cet article