Retour à Montauk (2017) de Volker Schlöndorff

par Selenie  -  15 Juin 2017, 08:54  -  #Critiques de films

Le réalisateur allemand francophile Volker Schlöndorff (connu pour les films "Le Tambour" en 1979, "Mort d'un commis voyageur" en 1985, "Les trois vies de Rita Vogt" en 1990 et "Le roi des Aulnes" en 1996),revient avec un film qu'il a en tête depuis de longues années, en fait depuis 1991 quand le producteur Rainer Kölmel lui proposa d'adapter le roman "Montauk" (1975) de Max Frisch, un roman très autobiographique d'un romancier considéré comme un des plus grands de langue allemande d'après-guerre. Alors que le cinéaste travaillait sur "Homo Faber" (1991) il rencontra l'auteur et ils en conclurent que le roman était "trop autobiographique et trop essayiste". Cependant le réalisateur déclare : "Ce ci n'est pas un récit cinématographique. Mais, quelques décennies plus tard, je me suis dit : et si on partait que de la trame de base ? Un écrivain vient à New-York pour présenter son nouveau roman. Pendant son séjour, il rencontre des personnes de son passé et de son présent, ce qui donne une histoire assez simple qui se déroule sur une semaine - sans message comme chez Max Frisch. Ca a été notre point de départ."...

116388084_756010.jpg (600×800)

Notre, car le cinéaste a collaboré au scénario avec le romancier Colm Toibin dont le roman "Brooklyn" (2009) a été adapté au cinéma en 2016 par John Crowley et  Paul Tsan. Un travail qui a enreichit le récit autobiographique puisque Schlöndorff précise : "Au final, nous avons créé le double portrait d'un écrivain, car aussi bien Colm Toibin que moi y avons intégré des expériences de nos propres vies."... Le réalisateur en profite pour offrir un rôle secondaire à l'acteur Niels Arestrup qu'il avait fait tourné dans "Diplomatie" (2014). Mais les rôles principaux reviennent à Stellan Skarsgard, acteur danois fidèle à Lars Von Trier et qui délaisse là les blockbusters hollywoodiens pour un retour sur le vieux continent, et deux actrices allemandes, Suzanne Wolff et surtout la magnifique Nina Hoss, sans doute le plus beau talent de l'Allemagne à ce jour déjà vue dans "Barbara" (2012) de Christian Petzold et "Gold" (2013) de Thomas Arslan.

116388084_756429.jpg (600×400)

On suit donc un écrivain retourne à New-York où il retrouve sa femme qui vient d'y déménager, New-York il aconnu avant et réveille dse souvenirs. Il fait tout pour revoir un amour de jeunesse à qui il pense toujours (son roman !) et pense pouvoir rattraper le temps perdu le temps d'un week-end... Ce film fait un bien fou, enfin un film d'amour "adulte" sans niaiseries adolescentes ni romantisme éculé mais des gens qui travaillent et vivent leur amour comme ils le peuvent dans un monde où la "vraie" liberté n'est pas si simple. Où comment certains regrets ne sont pas toujours réparables, la vie avance sans nous, le hasard et le destin s'occupant du reste à l'insu de notre plein gré. Le film doit beaucoup à ses interprètes dont une Nina Hoss une fois de plus parfaite de finesse. 

 

Note :               

14/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :