Scream (1996) de Wes Craven.

par Selenie  -  18 Juin 2019, 08:56  -  #Critiques de films

Après quelques années de passages un peu à vide et s'être imposé comme un maître du film d'horreur avec "La Dernière Maison sur la Gauche" (1972), "La Colline a des Yeux" (1977) et "Les Griffes de la Nuit" (1984), Wes Craven revient avec un film qui va réinventer le genre. Du scénario signé d'un jeune scénariste nommé Kevin Williamson, intitulé d'abord "Scary Movie", le jeune auteur s'est inspiré des meurtres de Gainsville (tout savoir ICI !) pour un mélange des genres mêlant horreur et comédie. Après s'être un peu perdu dans les méandres des studios de productions, le projet est finalement acheté par Miramax des frères Weinstein qui proposent le film à Wes Craven. Au départ, le rôle principal de Sidney Prescott doit être tenu par la star Drew Barrymore mais après un soucis de planning (dont le film "Tout le monde dit I Love You" de et avec Woody Allen), la jeune actrice propose de jouer plutôt la première victime du film, afin de surprendre le spectateur et d'insinuer que aucun personnage n'est à l'abri du tueur... Cette idée sera à coup sûr un des atouts qui va faire exploser le buzz et le bouche à oreille. Ainsi, la plus grande star du casting ne va pas durer, tandis que les autres vont trouver avec ce film leurs premiers rôles principaux et leur premier succès sur grand écran.

Le rôle de Sidney Prescott revient au final à la jeune Neve Campbell connue surtout via la série TV "La Vie à Cinq" (1994-1999) et qui venait de jouer un second rôle dans le film "Dangereuse Alliance" (1996) de Andrew Fleming dont elle retrouve son partenaire Skeet Ulrich qui va devenir un des acteurs les plus côtés en peu de temps jusqu'à "Chevauchée avec le Diable" (1999) de Ang Lee avant de se faire oublier.  Ensuite on a les amis de Sidney joués par Skeet Ulrich donc, et Rose McGowan qui deviendra connue avec la série TV "Charmed" (2001-2005) et sa performance dans le dyptique "Grindhouse" (2007) du duo Rodriguez-Tarantino (sans compter le scandale sexuel avec Harvey Weinstein !), Matthew Lillard dont la carrière repose malheureusement essentiellement sur son personnage de Sammy après "Scooby-doo" (2002) de Raja Gosnell et ses suites diverses et/ou animées. Chez les adultes, on a la journaliste incarnée par Courtney Cox alors star de la série TV "Friends" (1994-2003) et qu'on avait déjà vue au cinéma dans "Ace Ventura, Détective Chiens et Chats" (1995) de Tom Shadyac, puis David Arquette (frère cadet des stars Rosanna et Patricia), ces deux acteurs se mettront en couple lors du tournage et se marieront jusqu'à leur divorce en 2013. En prime enfin le directeur du lycée joué par un succulent Henry Winkler éternel Fonzie dans la série TV culte "Happy Days" (1974-1983). Anecdote amusante : David Arquette qui a l'âge de son personnage, un policier de 25 ans était alors plus jeune que certains acteurs jouant des lycéens comme Skeet Ulrich et Matthew Lillard !... Dans la petite ville de Woodsboro la ville est en émoi après le meurtre sauvage d'une adolescente. Un drame qui rappelle le meurtre de la mère de Sidney Prescott l'année précédente. La paranoïa n'empêche pas les délires adolescents fans de film d'horreur et tandis qu'une journaliste est prête à tout pour un scoop écume les environs... Le prologue reste donc particulièrement efficace, où la star ouvre le bal. L'atout maître se trouve aussi dans le look du tueur, dit Ghostface dont le masque est inspiré du tableau "Le Cri" (1873-1917) de Edvard Munch.

Effectivement, ce prologue prouve que le scénario va éviter l'écueil du fil blanc et qu'aucun personnage ne semble au-dessus des autres. Ensuite on s'amuse avec ces ados fans du genre qui rappellent dès que possible les règles inhérentes au genre que tout le monde connaît mais qu'on aime pourtant voir surgir sur l'écran. Le scénario s'amuse des codes et des clichés du film d'horreur, et du slasher en particulier. A la fois satire du genre et slasher avant tout le duo Craven-Williamson offre un film phénomène aussi jouissif que fun où on passe du gore au drôle sans tomber pour autant dans la farce que reprendront plus tard les satires 100% absurdes de la franchise "Scary Movie" (2000-2013) créée par Keenen Ivory Wayans. Mine de rien, le scénario est assez bien ficelé pour que l'intrigue soit prenante avec un suspense efficace (même si de courte durée pour les plus perspicaces). Le plus gênant reste l'enjeu et le pourquoi du comment qui paraissent bien minces voire tirés par les cheveux. Mais le film est une réussite, sans ambition marquée et devient instantanément un film culte qui réinvente le genre et met un coup de fouet à un sous-genre en perte de vitesse. Le scénariste surtout, Kevin Williamson, va poursuivre en signant les scénarios de "Souviens-toi l'été dernier" (1997), "The Faculty" (1998) de Robert Rodriguez se lançant également avec la casquette de réalisateur pour "Mrs Tingles" (1998) avant de créer la série TV "Dawson" (1998-2003). Il ouvre la voie à un sous-genre avec entre autres les "Urban Legend" (1998) et "Mortelle Saint-Valentin" (2001) tous deux de Jamie Blanks. Le succès est énorme avec un box-office de plus de 173 millions de dollars pour un budget de 15 millions, dont 2,2 millions d'entrées France... En conclusion un très bon film, inventif et rythmé, passant de drôle à trash en une milliseconde avec de jeunes acteurs talentueux et, en prime, quelques séquences marquantes. En tous cas un film charnière... 

 

Note :                

16/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Benjamin 18/06/2019 15:28

Superbe réinvention du slasher. Un des chefs-d'oeuvre de Craven. Même si les autres films de la série sont souvent jugés en deçà, ils méritent d'être vus pour quelques-unes des scènes où Craven fait montre de sa maestra. Et puis ce discours sur la jeunesse américaine vaut aussi je crois autant pour l'oeil critique du réalisteur sur l'évolution des modes de communication.

alice in oliver 18/06/2019 14:05

Un slasher culte qui s'abreuve de nombreux bréviaires tout en érigeant son propre style. Toutefois, mon slasher favori des années 90 se nomme bel et bien Candyman