Harry Potter et la Coupe de Feu (2005) de Mike Newell

par Llowenn  -  13 Avril 2020, 13:28  -  #Critiques de films

Quatrième volet de la saga Harry Potter de l'oeuvre fantastique de J.K. Rowling, le film Harry Potter et la coupe de feu sorti en 2005 a cette fois été réalisé par Mike Newell connu pour ses films "Quatre mariages pour un enterrement" et "Le sourire de Mona Lisa".

 

Le monde des sorciers continue à nous offrir de nouveaux paysages, Poudlard s'étoffe de la salle de bain des préfets ou du sombre et profond lac noir. La communauté magique accueille de nouveaux professeurs avec Alastor Maugrey (Brendan Gleeson) pour l'école anglaise, Igor Karkaroff (Predrag Bjelac) pour l'école de Durmstrang et enfin Olympe Maxime (Frances de La Tour) mais aussi avec de nouveaux élèves comme Cédric Digory (Robert Pattinson) ou issus des écoles étrangères Fleur Delacour (Clémence Poésy) et Victor Krum (Stanislav Ianevski). Mais l'apparition la plus importante est celle de Ralph Fiennes qui prête ses traits à Lord Voldemort. 

La quatrième année d'Harry Potter à l'école Poudlard va voir l'arrivée de la compétition du Tournoi des trois sorciers où en plus de l'école accueillante, deux autres, une école françaises de filles et une école de garçons bulgares vont s'affronter. Harry va se retrouver malgré lui engagé dans cette compétition où trois épreuves vont l'attendre.   Premier film où la relation entre Harry et Ron se brise pour laisser place à Ron qui lui aussi a besoin de trouver sa place face à cet ami connu, aimé et qui au centre de tous les intérêts et aventures voulues ou non. Ron aussi face à lui même et la jalousie qu'il peut éprouver face à Hermione qui vie un peu son adolescence sans ses deux acolytes. Le trio est brisé pour un temps afin de mieux se reformer ? Pas vraiment, Harry fini par un premier combat seul face à Voldemort qui a enfin retrouvé son corps et sa puissance. 

La noirceur vue dans le volet précédent est toujours aussi présente dans cet opus et plus particulièrement dans la dernière partie du film, à partir de la dernière épreuve du tournoi jusqu'à la première mort connue dans la communauté magique œuvrant du bon côté. Une noirceur qui s'estompe à quelques moments du film pour montrer les frasques adolescentes que peuvent connaître ces jeunes sorciers comme l'amour, la déception ou encore des passages un peu plus drôle. 

650 pages résumées en un peu plus de 2h30 de film, font que des passages, des relations, l'esprit même du livre est oublié. Film qui a faillit se faire en deux parties mais n'aurait-il pas mieux valu ? On oublie le comique du film, on oublie certains personnages comme les Dursley, Dobby et la rencontre des autres elfes, les professeurs sont particulièrement négligés pour ne faire place qu'à Alastor Maugrey, Rita Skeeter est montrée comme une vulgaire journaliste alors qu'elle recèle beaucoup plus. Dommage.

Le film se concentre sur les trois tâches du tournoi et de la place de Harry dans cette compétition. L'impression est celle que tout se déroule en un claquement de doigts, s’enchaînant avec peu de pauses alors qu'une année entière s'écoule mais là encore le côté école se perd, on ne voit aucun cours seulement des jeunes en uniforme scolaire. Les personnages sont développés jusque ce qu'il faut pour faire avancer l'histoire mais finalement on ne s'y intègre pas réellement. Encore plus dommage. 

Une bonne chose est tout de même à souligner, la dernière épreuve. Le labyrinthe révèle les peurs, les angoisses, les suspicions..., une noirceur plus grande est mise en avant que le labyrinthe du livre qui est décrit avec nombre de créatures et sorts magiques à éviter. 

Un film pour continuer la saga mais si le troisième était sans nul doute le meilleur de la série, celui-ci est de toute évidence le moins convainquant. Une note indulgente pour une lectrice du livre. 

 

Avis de Selenie ICI

 

Note :                   

10/20

 

Harry Potter et la Coupe de Feu (2005) de Mike Newell
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :