Collateral (2004) de Michael Mann

par Selenie  -  3 Juillet 2007, 11:59  -  #Critiques de films

Après le thriller politico-financier "Révélations" (1999) et la bio "Ali" (2002) Michael Mann retrouve l'action qu'il a amené au sommet avec "Heat" (1995). Casting limité (peu de personnages centraux) pour ce quasi huis clos en taxi pour lequel il retrouve trois acteurs de "Ali", Jamie Foxx, Jada Pinket Smith (épouse de Will "Ali" Smith à la ville) et Bruce McGill. On suit donc un homme, énigmatique et sûr de lui, qui prend un taxi avant qu'un grain de sable force cet homme à prendre en otage son chauffeur de taxi pour une virée stressante... La confrontation entre un tueur à gage maitre de soi, professionnel et déterminé avec un simple chauffeur de taxi qui aimerait pouvoir fermé les yeux et vivre tranquillement.  

CollateralCollateral

Co-écrit avec Stuart Beattie (de loin son meilleur travail, oublions le reste) et Franck Darabont (réalisateur des magnifiques "Les Evadés" en 1994 et de "La Ligne Verte" en 1999) Michael Mann signe un film tendu à la mise en scène vertigineuse. Si le scénario semble conventionnel au premier abord il distille des subtilités à tous les niveaux et notamment psychologique, le rapport de force entre les deux protagonistes va se jouer justement sur le sang froid. Tout comme le physique, Tom Cruise se fait plus mature, cheveux gris, barbe naissante, costard tiré à quatre épingles, signifiant avant tout qu'il n'est pas un gamin nin arriviste, c'est un pro à forte expérience qui en impose d'emblée. On regrettera juste 2-3 petits moments un peu décevant (la procureur évidemment cliente du taxi, le duel final dans le métro ou comment avoir la poisse). Quasi en temps réel Michael Mann persiste et signe un thriller puissant à mi-chemin entre l'épure d'un Jean-Pierre Melville et la tension urbaine d'un Johnnie To. En prime une fusillade dans une discothèque appelé à être aussi culte que la fusillade de rue dans "Heat". Pour le final, une petite pensée pour la fin de "The King of New-York" (1992) de Abel Ferrara, où comment savoir attendre sereinement...  Du détail néanmoins comparé à l'ampleur d'un tel film. Du grand Michael Mann.

 

Note :       

 

18/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :