Décès d'un monstre culte : Dennis Hopper

par selenie  -  30 Mai 2010, 15:17  -  #Décès de star - Bio

Un géant vient de nous quitter. Dennis Hopper est décédé ce 29 mais à l'âge de 74 ans des suites d'un cancer de prostate.

http://edition.cnn.com/video/showbiz/2010/05/29/baldwin.hopper.obit.cnn.640x480.jpg

Né en 1936 Dennis Hopper commence par apprendre la peinture au Kansas city Art Institute dès l'adolescence. Une passion qui le poursuivra toute sa vie. Il faut attendre l'Université où Dennis Hopper s'intéresse au théâtre et notamment à Shakespeare.

Il débute au cinéma avec une apparition dans "Johnny Guitar" (1954) de Nicholas Ray dans lequel il n'est pas crédité. A noter que certaines sources démentent ce point de détail mais IMDB semble pourtant confirmer cette info puisque Dennis Hopper n'est pas indiqué alors que d'autres acteurs non crédités y figurent.

La Fureur de vivre


Sous contrat avec la Warner il fait la rencontre avec James Dean avec qui il se lie d'amitié. C'est d'ailleurs avec James Dean qu'il tourne "La fureur de vivre" (1955) de Nicholas Ray (on reconnait ci-dessus Dennis Hopper placé le plus haut) et "Géant" de Georges Stevens.

La mort de James Dean affecte beaucoup le jeune Dennis Hopper qui devient insupportable sur les tournages. Après une apparition dans "Règlement de compte à OK Corral" (1957) de John Sturges il entre en conflit avec Henry Hathaway sur le tournage de "La fureur des hommes" (1957). Son comportement sur ce tournage lui vaut d'être quasiemment banni de Hollywood.

Il entre dans plusieurs années de disette où il en profite pour faire de la photographie. Il part étudier à la célèbre Lee Strasberg Acting School à New-York. Il rencontre Andy Warhol et réalisera même la pochette de l'album "River Deep-Mountain High" de Ike et Tina Turner qui sortira en 1966.

Durant les années 1957-1967 il apparait dans plus de 140 épisodes de séries télé comme "Bonanza", "La quatrième dimension", "La grande Vallée"... etc...

Bizzarement c'est Henry Hathaway qui va pourtant le remettre en selle avec deux seconds rôles dans deux westerns avec John Wayne, "Les quatre fils de Katie Elder" (1965) et "100 dollars pour un shérif" (1969). Entre temps il tourne dans "Luke la main froide" (1967) de Stuart Rosenberg et "Pendez-les haut et court" (1968) de Ted Post.

Pendant cette même période il tourne pour Roger Corman avec ses potes Peter Fonda et Jack Nicholson notamment dans "Queen of blood" (1966) et "The trip" (1967). D'ailleurs, après ce dernier film, le trio Hopper-Fonda-Nicholson demande à Corman de produire "Easy Rider" mais Corman ne saute pas sur l'occasion.

http://digilander.libero.it/gipp1/easy-rider/easy-rider-big-pic-1024.jpg

Au final "Easy Rider" (1969) sera réalisé par Dennis Hopper, écrit par le duo Hopper-Fonda et produit en partie par Peter Fonda. Ce film sera un succès public et critique. Ce film fait de Dennis Hopper un symbole de la contre-culture américaine dont il devient la tête de fil.

Il y a deux constatations à l'après "Easy rider" ... La première est que jamais Dennis Hopper ne retrouvera un tel succès sur ses réalisation future. La seconde est que les années 70-80 sont une accumulation de films plus ou moins médiocres où il fait de nombreuses apparitions en guest star.

http://www.altmanphoto.com/DennisHopper.jpeg

A noter que son second film "The last Movie" (1971) est une des causes de ce parcours atypique. Universal a financé ce film pour 1 million de dollars et avait laissé le final cut à Hopper. Mais au final le film n'est pas au goût de Universal qui préfère abandonner tous les droits du film à Dennis Hopper en refusant de le distribuer. Dennis Hopper fait des copies à son compte et vient le présenter à la Cinémathèque Française pour une unique séance et un débat public. Le nombre de copies insuffisantes et l'approche radicale du film font que le film est un échec. Sa carrière est tout à coup freiné.

L'Ami américainApocalypse Now
 
     
Sa dépendance aux drogues et alcools s'accentue autant que la qualité de sa filmographie est irrégulière. De sa longue liste de films sans intérêt il trouve pourtant des seconds rôles marquants et forts dans des oeuvres importantes tels que "L'ami américain" (1976) de Wim Wenders, "Apocalypse now" (1979) de FF Coppola, "Rusty James" (1984) de FF Coppola, "Osterman Week-end" (1984) de Sam Peckinpah, "Blue Velvet" (1987) de David Lynch... Il réalise également son 4ème film, "Colors" (1988) qui reste son meilleur film après "Easy Rider".

http://img5.allocine.fr/acmedia/medias/nmedia/00/02/28/34/69198990_ph1.jpg

Dans les années 80 Dennis Hopper entreprend une cure de désintoxication, et après son rôle dans "Blue Velvet" et "Colors" la carrière de Dennis Hopper semble reprendre son envol.

Il reste et continue à être un artiste à part entière. Acteur et cinéaste il est aussi reconnu comme un amateur d'art pointu, collectionneur avisé, peintre (depuis toujours), poète et photographe dont les expositions ont été de grands succès.

Il réalise "The hot spot" (1990) qui est également un beau succès. Il retrouve son acteur de "Colors" Sean Penn mais cette fois dans des rôles inversés dans "The indian runner" (1991) de Sean Penn donc.

Waterworld

Depuis "Blue Velvet" Dennis Hopper se fait un spécialiste des bad guys plus ou moins déjantés comme dans "True Romance" (1993) de Tony Scott, "Speed" (1994) de Jan De Bont et ""Waterworld" (1995) de Kevin Costner qui restent également ses derniers rôles notables.

Depuis "Waterworld" Dennis Hopper n'a pratiquement tourné que des films de séries B et Z le plus souvent sortis en direct DVD.

Dennis Hopper reste un acteur charismatique et surprenant. Etonnament l'acteur-réalisateur de la satire de l'Amérique conservatrice "Easy Rider", Dennis Hopper est pourtant depuis longtemps un supporter du parti républicain et a soutenu Ronald Reagan et les deux Bush.

Dennis Hopper a annoncé son cancer de la prostate fin 2009 mais aurait été découvert en vérité en 2002. Un acteur culte nous quitte encore après avoir terminé sa carrière dans des séries TV dont l'adaptation du film "Collision" de Paul Haggis "Crash".


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

emule 31/05/2010 04:25

excellent dans tous ses films

Gaby 30/05/2010 19:44

Sélénie, très touchée par l'excellent article que tu as fait sur la disparition de Dennis Hopper. On y sent de l'admiration et de la peine, il est fort bien documenté.
Je te remercie d'être venue sur mon blog, visite étonnante d'un GRAND auprès d'une passionnée de cinéma. Merci, sincèrement et à demain Gaby

princécranoir 30/05/2010 19:09

born to be wildLe petit gars du Kansas devenu grand photographe et amateur d'art newyorkais aura fait du chemin. Hopper Dennis deviendra peintre comme Hopper Edward, dans un registre différent tout de même. Il rend hommage à sa famille d'artiste en apparaissant dans le film de Julian Schnabel consacré à "Basquiat" (il joue son agent Bruno Bischofberger). Hopper rencontre même Hooper pour une suite de "massacre à la tronçonneuse", entrée en matière dans le registre de l'horreur qui l'amènera jusqu'à croiser la route de Romero sur "le territoire des morts-vivants". Les deux phénomènes du cinéma indé de la fin des années 60 ("Easy rider" et "la nuit des morts-vivants" sortent à peu de temps d'intervale et seront deux grands succès) étaient sans doute faits pour se recontrer.On l'aura vu en fin de carrière faure des misères à Jack Bauer ou chez son pote Wenders dans "rendez-vous à Palerme".