Décès de Miklos Jancso

par Selenie  -  3 Février 2014, 16:17  -  #Décès de star - Bio

Avant les décès des acteurs Maximilian Schell et Philip Seymour Hoffman nous avons appris la mort du réalisteur Miklos Jancso à l'âge de 92 ans... Une disparition qui passe malheureusement inaperçu, rendons-lui un minimum hommage...

http://culturebox.francetvinfo.fr/sites/default/files/assets/images/2014/01/miklos_jancso.jpg

Né en 1921 à Vac (Hongrie) Miklos Jancso se dirige d'abord vers des études de droit, d'ethnographie et d'Histoire de l'art avant de s'inscirre à l'Ecole Supérieur de Cinéma (aujourd'hui Université d'Art Dramatique et Cinématographique) de Budapest entre 1946 et 1950 dont il sort diplômé en 1951.

 

Ses premières années sont celles de l'apprentissage, il réalise ainsi une vnigtaine de courts métrages entre 1950 et 1966. Très influencé par l'oeuvre de Zsigmond Moricz (dramaturge hongrois) il milite dans un mouvement de gauche, ses années marqueront fortement son oeuvre future.

 

Il réalise on premier long métrage en 1958 avec "Les cloches sont parties à Rome" mais il faut attendre les films "Cantate" (1963) sur l'insurrection de Budapest de 1956, "Mon chemin" (1965) et "Les sans-espoirs" (1966) sur la révolution hongroise de 1848 pour qu'il soit enfin reconnu.

 

Les thèmes seront souvent les mêmes comme en témoignent les films suivants sur les luttes sanglantes des années 1918-1919 avec "Rouges et blancs" (1967 - ci-dessous), "Silence et cri" (1968) et "Agnus Dei" (1970).

Il atteint la reconnaissance internationale avec le film "Psaume Rouge" (1972 - ci-dessous) pour lequel il obtient le Prix de la Mise en Scène au Festival de Cannes qui sera suivi du Prix Kossuth (prix hongrois pour la culture et l'art) en 1973.

Psaume Rouge : photo Miklos Jancso

Etonnament après ce film il s'oriente également vers la télévision, téléfilms et documentaires. Il va également enseigner la cinéma à travers le monde notamment en Italie, Etats-Unis et Hongrie.

 

Il ne délaisse pas pour autant le grand écran avec "Pour Electre" (1974), "Vices privés, vertues publiques" (1977), "Rhapsodie hongroise" (1978), "L'Aube" (1985), "La saison des monstres" (1987), "La Valse du Danube Bleu" (1989)... Le succès est de moins en moins au rendez-vous malgré un Lion d'Or pour l'ensemble de sa carrière à la Mostra de Venise en 1990.

http://s1.lemde.fr/image/2014/02/01/534x267/4358430_3_3b03_miklos-jancso-le-15-novembre-2012-lors-d-une_3cbf81fae9056e5a94ad2c35ed1eb088.jpg

Il fut marié à la réalisatrice Marta Meszaros et il était membre d'honneur du Club de Budapest.

 

Il demeure l'un des plus grands réalisateurs hongrois. Miklos Jancso est décédé dans l'ombre médiatique ce jeudi 30 janvier 2014 à 92 ans.