Décès de Peter O'Toole

par Selenie  -  16 Décembre 2013, 09:44  -  #Décès de star - Bio

L'hécatombe de la fin 2013 ne s'arrête plus... C'est au tour de l'acteur irlandais Peter O'Toole de disparaitre. L'interprète culte de "Lawrence d'Arabie" nous a quitté ce samedi 14 décembre 2013 à l'âge de 81 ans.

http://nickgilmartin.files.wordpress.com/2009/08/peter-otoole.jpg?w=700

Né en 1932 dans le Connemara (Irlande) et passe son enfance dans le Kerry puis à Dublin. A l'âge de 14 ans il part travailler comme commis de bureau à Leeds (Angleterre) puis comme journaliste pour le Yorkshire News. Encouragé par un ami comédien il se lance dans le théâtre en 1949 au Théâtre municipal de Leeds mais doit s'interrompre pour son service militaire au sein de la Royal Navy entre 1950 et 1952.

http://sleeplessthought.files.wordpress.com/2013/12/otoole.jpg

A son retour il obtient une bourse pour suivre les cours à l'Académie Royale d'Art Dramatique de Londres ; il a pour camarade Alan Bates et Richard Harris. En 1954, à seulement 22 ans, il devient élève et membre à part entière du Royal Shakespeare Company de Bristol Old Vic (le plus ancien théâtre institutionnel du Royaume-Uni). Il y jouera une soixantaine de pièces de théâtre dont les plus grands classiques. A 27 ans, il est sacré meilleur acteur de la scène anglaise par le Evening Standard Award.

 

Il tourne quelques téléfilms avant d'obtenir ses premiers vrais rôles de cinéma dans "L'enlèvement de David Balfour" (1960) de Robert Stevenson et "Les Dents du Diable" (1960) de Nicholas Ray avec Anthony Quinn.

http://www.francetvinfo.fr/image/74w5hokj2-f806/658/370/3057662.jpg

Après "Le jour où on dévalisa la Banque d'Angleterre" (1960) de John Guillermin Peter O'Toole connaitr enfin la consécration... Il interprète le héros en titre dans "Lawrence d'Arabie" (1962 - ci-dessus) de David Lean, méga production et chef d'oeuvre du cinéma mondial, O'Toole incarne à jamais ce personnage complexe aux côtés d'autres acteurs prestigieux comme Omar Sharif, Anthony Quinn (ci-dessous), Alec Guinness... Le film est un succès énorme et rafle au passage 7 Oscars...

http://i-cms.linternaute.com/image_cms/original/801563-peter-o-toole-inoubliable-lawrence-d-arabie.jpg

Il connait enfin la consécration, mais aussi une carrière qui n'aura plus jamais l'égal de ce célèbre aventurier, qui sera toujours associé à l'acteur.

 

Il enchaine avec un succès public et critique avec "Becket" (1964) de Peter Glenville où Peter O'Toole est le roi d'Angleterre Henri II face à Richard Burton et John Gielgud, un trio So British alors tous trois au sommet de leur art. Pour ce rôle il obtient le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique en 1965.

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/photos/reportages/videos-10-roles-marquant-de-peter-o-toole-3433046/lord-jim/62459150-1-fre-FR/Lord-Jim_portrait_w858.jpg

Il tourne dans l'excellent "Lord Jim" (1965 - ci-dessus) de Richard Brooks, où il interprète un lâche qui tente de faire illusion et de se ressaisir. Aussitôt après il s'essaie à la comédie avec "Quoi de neuf, Pussycat ?" (1965) de Clive Donner avec Peter Sellers. Il confirme avec une autre comédie policière "Comment voler un million de dollars" (1966) de Wylliam Wyller où il est le partenaire de la délicieuse Audrey Hepburn.

http://image.toutlecine.com/photos/n/u/i/nuit-des-generaux-1966-09-g.jpg

Il retourne malgré tout vers de grosses productions et des films historiques... Il enchaine "La Bible" (1966) de John Huston avec des plus gros casting des années 60, "La Nuit des Généraux" (1967 - ci-dessus) de Anatole Litvak où il est un général nazi et psychopathe et dans lequel il retrouve Omar Sharif, autre acteur de "Lawrence..." ... Il retrouve aussitôt John Huston et Peter Sellers pour la parodie culte de James Bond dans "Casino Royal" (1967).

http://1.bp.blogspot.com/-IUMtmnXHdWY/TWc6E8yaNWI/AAAAAAAAAgo/yVN7LWLbzeU/s1600/leon+4.jpg

Après Audrey il tourne avec Katherine Hepburn dans "Un lion en hiver" (1968 - ci-dessus) de Anthony Harvey où il incarne une nouvelle fois Henri II d'Angleterre.

 

Malgré son succès au cinéma avec pratiquemment que de très bons films, à la clef une carrière où il sera nominé 7 fois à l'Oscar, Peter O'Toole ne délaisse jamais les planches, et sera toujours très présent au théâtre. En parallèle près de 80 pièces de théâtre.

 

Les années 60 resteront les plus belles années, succès critique et public sont au rendez-vous et il touche à tous les genres et même la comédie musiclae avec "Goodbye Mr Chips" (1969) de Herbert Ross avec la chanteuse Petula Clark comme partenaire.

http://image.nanopress.it/cinema/fotogallery/628X0/75763/una-scena-con-peter-otoole.jpg

Les années 70 seront moins glorieuses, la qualité des films baissent notons quand même "La Guerre de Murphy" (1971 - ci-dessus) de Peter Yates, "Under Milk Wood" (1972) de Andrew Sinclair dans lequel il a pour partenaire le couple incendiaire Richard Burton-Liz Taylor, "L'Homme de la manche" (1972) de Arthur Hiller, un film musical  où il interprète trois rôles dont Don Quichotte... Après quelques films plus ou moins réussis il termine les seventies avec "L'Ultime attaque" (1979) de Douglas Hickox sur une bataille contre les zoulous et surtout avec "Caligula" (1979 - ci-dessous) de Tinto Brass, film culte sur les orgies romaines où il est Tibère aux côtés de Hellen Mirren, John Gielgud et Malcolm McDowell.

http://2.bp.blogspot.com/_9_iMNcLAXpg/TK8w3bKPLMI/AAAAAAAAAyw/Y3GJdfxGYzM/s1600/caligula+05.jpg

Il devient de plus en plus rare sur grand écran et, par la même, apparait de moins en moins dans de vrais bons films.

 

Il reste toujours ouvert à tous les genres, les années 80 signant ainsi pour un film de super-héros ("Supergirl" (1984) de Jeannot Zwarc), deux comédies, un drame et un film d'horreur. Mais le seul vrai film notable des eighties reste "Le Dernier Empereur" (1987) de Bernardo Bertolucci où il est le précepteur du jeune empereur Pu Yi.

 

De moins en moins présent au cinéma il continue à toujours être bien présent au théatre et de plus en plus à la télévision.

 

Il retrouve l'acteur Omar Sharif dans "Le Voleur d'Arc-en-Ciel" (1991) de Alejandro Jodorowski. Il apparait dans un petit thriller d'épouvante "Phantoms" (1998) de Joe Chappelle aux côtés d'une nouvelle génération comme Ben Affleck et Rose McGowan.

http://img.timeinc.net/time/2004/troy/images/02.jpg

Il interprète l'immonde Père Cauchon dans "Jeanne d'Arc" (1999) de Christian Duguay, il est le roi Priam dans le blockbuster historique "Troie" (2004 - ci-dessus) de Wolfgang Petersen, il est une nouvelle fois un roi dans le fantasy "Stardust, le ystère de l'Etoile" (2007) de Matthew Vaughn avant de faire la voix de Ego dans le film d'animation "Ratatouille" (2007) de Brad Bird de chez Pixar.

 

Après une carrière très diversifiée, plus de 80 pièces de théâtre et pluys de 80 rôles sur petit et grand écran Peter O'Toole reçoit enfin la récompense suprême. Après 7 nominations sans l'avoir obtenue il reçoit un Oscar d'Honneur pour l'ensemble de sa carrière en 2001 à l'âge de 71 ans.

http://s1.lemde.fr/image/2013/12/16/534x267/4334796_3_8b71_peter-o-toole-remporte-l-oscar-d-honneur-pour_57d36cbc96c99da1fed6e0b4961eb2b5.jpg

En 2012, alors qu'il publie son autobiographie en 2 volumes il annonce la fin de sa carrière.

 

Il se marie avec l'actrice Sian Philips (présente dans les films "Becket", "Goodbye Mr Chips" et "La Guerre de Murphy") en 1959 et divorceront en 1979.

 

Peter O'Toole a toujours eu des problèmes d'alcool et de dépression chronique. Il décède des suites d'une longue maladie dans un hôpital de Londres ce samedi 14 décembre 2013 à 81 ans.

http://1.bp.blogspot.com/-98PivgQYqzg/Uq49BogpAKI/AAAAAAAAGKo/HDW4GGsMxLY/s1600/Actor+Peter+O%27Toole+as+Lawrence+of+Arabia-1138942.jpg

Peter O'Toole, à jamais notre "Lawrence d'Arabie", il est pourtant tout aussi vrai que sa filmographie offre bien d'autres grands films à voir et à revoir.