Décès de Robert Lamoureux

par Selenie  -  29 Octobre 2011, 20:43  -  #Décès de star - Bio

Nous apprenons la mort de l'acteur-réalisateur-comique-paolier Robert Lamoureux ce samedi 29 octobre 2011 à l'âge de 91 ans...

http://a35.idata.over-blog.com/3/91/96/72/mes-images-1/lamoureux.jpghttp://media.nostalgie.fr/200x150/robert-lamoureux_234655.jpg

Né en 1920  à Paris au sein d'une famille modeste Robert Lamoureux arrête l'école très tôt et commence par de petits boulots dès l'âge de 14 ans. Après un petit bonhomme de chemin il arrive au cabaret à la fin des années 40 où il débute dans la salle "Le central de la Chanson" en 1948. Il côtoie Pierre Dac et Francis Blanche au cabaret Jacques Canetti et croise entre autre Edith Piaf.

 

Il triomphe bientôt, dès 1949, grâce à des monologues et des chansons dont il est l'auteur et dont certaines sont passées à la postérité comme "Papa, maman, la bonne et moi" (Grand Prix du disque en 1950) ou encore "La chasse au canard". Il est alors un des grand précurseur de ce qu'on appelle aujourd'hui le stand-up.


  

Grâce à ses succès de saltimbanque le cinéma commence à s'intéresser à lui. Son premier film est "Le roi des camelots" (1950) de André Berthomieu avec qui il tournera à plusieurs reprises. Les années 50 sont celles des comédies de boulevard comme "Papa, maman, la bonne et moi" (1954) de Jean-Paul Le Chanois, "Papa, maman, ma femme et moi" (1955) du même réalisateur ; deux films inspirés de ses numéros de cabaret.

http://www.linternaute.com/cinema/image_cache/objdbfilm/image/220/34594.jpghttp://programme-tv.premiere.fr/var/t7j/images/48921.jpg

On le voit aussi dans "Si Paris m'était conté" (1955) de Sacha Guitry, "Les aventuresde Arsène Lupin" (1956) de Jacques Becker... Là il s'essaie à la mise en scène avec deux premiers films en tant que réalisateur "Ravissante" (1960) et "La brune que voilà" (1960), ce dernier étant une adaptation de sa pièce de  théâtre (1957). Ses films ne le satisfont ni lui ni les critiques malgré que le public soit au rendez-vous...

 

Après les dernières déceptions au cinéma il se tourne vers les planches. Pendant les années 60 il joue pour Marcel Achard ou pour Sacha Guitry avant de rencontrer des succès personnels en tant que metteur en scène et auteur avec notamment "La soupière" (1971) et "Le charlatan" (1974).

http://macollecdvd.pagesperso-orange.fr/Images/Maisou7eme.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/31571/659_les3dansdepaneuse(2)(v2).jpeg

Après de bonnes expériences au théâtre il décide de revenir au cinéma où il réinvente le vaudeville dans une version militaire avec "Mais où est donc passée la septième compagnie ?" (1974) qu'il réalise (photos ci-dessus et ci-dessous) avec devant la caméra un casting de choix avec lui-même, Jean Lefebvre, Aldo Maccione, Pierre Mondy. Le film est un grand succès populaire et relance la carrière de Robert Lamoureux au cinéma.

http://i1236.photobucket.com/albums/ff450/Alligator34/retrouv7cie16.jpg

Il réalise coup sur coup "Impossible pas français" (1974), "Opération Lady Marlene" (1974), "On a retrouvé la septième compagnie" (1975), "La septième compagnie au clair de lune" (1977) ; il joue également dans ses films sauf pour ce dernier.

 

Ce pendant malgré les gros succès Robert Lamoureux s'ennuie au cinéma et préfère retourner au théâtre. Sa carrière sera définitivement sur les planches avec l'exception de son dernier film, en tant qu'acteur, dans "Le jour des rois" (1991) de Marie-Claude Treilhou où il a pour partenaire Danielle Darrieux, Micheline Presle, Paulette Dubost (qui nous a quitté il y a peu aussi) et Michel galabru.

http://i1236.photobucket.com/albums/ff450/Alligator34/retrouv7cie03.jpghttp://media.rireetchansons.fr/200x150/robert-lamoureux_234655.jpg

Sur scène il jouera pour les dernières fois en 2002 sa propre pièce "Le charlatan" mise en scène par Francis Joffo.

 

Pour anecdote il porta plainte contre Claude François en 1972 pour plagiat. En effet Robert Lamoureux avait une chanson appelé "Viens à la maison", Claude François perdit le procès et dû changer le titre de sa chanson qui devint "Viens à la maison, y a le printemps qui chante".

 

Robert Lamoureux eut deux mariages. Sa dernière femme était Magali de Vendeuil, pensionnaire de la Comédie-Française décédée en 2009. Il eut trois enfants avec sa première épouse.

 

Robert lamoureux était avant tout un homme de spectacle, un humoriste et auteur de music-hall et des planches avant d'être un homme de cinéma. Un grand bonhomme nous quitte...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

selenie 30/10/2011 10:51


Comme tu le fais remarquer c'est un décès encore bien discret... Les médias en font écho très limité.


Alice In Oliver 30/10/2011 10:03


je viens d'apprendre cette bien triste nouvelle via ton article. Encore un grand artiste qui nous quitte !