Décès du réalisateur Sidney Lumet

par selenie  -  12 Avril 2011, 10:27  -  #Décès de star - Bio

2011 est définitivement une salle année pour le cinéma. Le réalisateur Sidney Lumet nous a quitté à son tour ce samedi 09 avril 2011 à l'âge de 86 ans.

http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/cinema/news-cinema/deces-du-cineaste-sidney-lumet/43041913-1-fre-FR/Deces-du-cineaste-Sidney-Lumet_image_article_paysage_new.jpg

Né en 1924 à Philadelphie d'un père acteur de théâtre yiddish, Baruch Lumet et de la danseuse Eugenia Wermus Sidney Lumet a débuté en tant qu'acteur. Il monte pour la première fois sur les planches à l'âge de 4 ans ; il sera même dirigé dans une pièce par Joseph Losey en 1938. Il fera l'acteur jusqu'en dans les années 50, pour le théâtre surtout mais aussi pour la radio. En 1947 il fonde un des premiers ateliers off-Broadway où il monte des spectacles avant-gardistes.

Il se lance à la réalisation par le biais de la télévision, alors en plein boom, en 1951 dans des émissions en direct sur CBS. Initiateur d'une adaptation ciné d'une pièce de théâtre, Henry Fonda lance Sidney Lumet sur grand écran avec "12 hommes en colère".

http://2.bp.blogspot.com/_zgzRi8AYImc/TAVQeO2S1PI/AAAAAAAAAdo/ukcMqJAUUqc/s1600/12-hommes-en-colere-1957-06-g.jpg

"12 hommes en colère" (1957) reste un chef d'oeuvre (photos ci-dessus et ci-dessous) du film de procès. Saisissant huis clos adapté d'une pièce de Reginald Rose qui voit le processus de décision d'un jury populaire. Outre la performance des acteurs la mise en scène de Sidney Lumet est clairement la grosse réussite du film ; en effet Sidney Lumet tourna le film de façon différente vis à vis de l'évolution de l'histoire. Le premier tiers il filma au-dessus du niveau des yeux, le second tiers juste à hauteur et le dernier tiers en-dessous des yeux ce qui créait petit à petit une claustrophobie plus forte et ajoutait donc à la tension.

http://img.laterna-magica.fr/2011/04/Douze-hommes.jpg

Premier film premier coup de maitre. Ce film marque également des débuts empreints de sujets qui seront souvent au centre de sa filmo, à savoir la justice et l'injustice.

Après ce premier film il retrouve Henry Fonda pour "Les feux du théâtre" (1958). Entre ce dernier film et "Une espèce de garce" (1959) rien d'exceptionnel avant "L'homme à la peau de serpent" (1959) où il fait tourner Marlon Brando et Anna Magnani (photo ci-dessous) dans un drame adultérin adapté là aussi d'une pièce de théâtre de Tennesse Williams.

http://img.laterna-magica.fr/2011/04/lhomme-a-la-peau-de-serpent.jpg

Suit le très bon "Le prêteur sur gage" (1964) sur les démons d'un rescapé des camps de concentration nazis et un autre film marquant (photo ci-dessous) avec "La colline des hommes perdus" (1965) où Sean Connery est un soldat envoyé dans un camp disciplinaire lors de la Seconde Guerre Mondiale ; sans aucun doute un des meilleurs rôles de l'acteur écossais.

http://image.toutlecine.com/photos/c/o/l/colline-des-hommes-ii03-g.jpg

Après le drame "La mouette" (1968) qui semble valoir le détour Sidney Lumet retrouve Sean Connery pour le braquage de "La gang Anderson" (1971). Sidney Lumet continue avec le genre policier pour le chef d'oeuvre "Serpico" (1974) où Al Pacino interprète un flic incorruptible, d'après une histoire vraie.

Les années 70 sont clairement la décennie du polar avec "Le crime de l'orient-express" (1974) et surtout les retrouvailles avec Pacino et New-York dans un autre chef d'oeuvre, "Un après-midi de chien" (1976) d'après, une nouvelle fois, une histoire vraie datant de la même époque que "Serpico".

Sidney Lumet est alors au fait de sa gloire et réalise "Network" (1977), chef d'oeuvre à la fois succès public et critique (Oscars à la clé dont un pour Faye Dunawaye) sur les coulisses de la jungle télévisuelle. Le réalisateur est alors à son apogée avec déjà une filmo impressionnante.

Bizzarement la qualité des films qui suivent déclinent un peu, variant du moyen au très bon... Il réalise par exemple "Le prince de New-York" (1981), "Le verdict" (1983), "Piège mortel" (1983), "Les coulisses du pouvoir" (1986), "A bout de course" (1988), "Family Business" (1989)... La plupart du temps ces films reprennent des thèmes déjà vu dans des films précédents bien meilleurs. Procès, justice, flics en galère sont encore au centre de ses films.

http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/diaporama/l-avocat-du-diable/l-avocat-du-diable-guilty-as-sin-1992/1891010-1-fre-FR/l_avocat_du_diable_guilty_as_sin_1992_reference.jpg

Les années 90 sont celles de thriller comme le très bon (photo ci-dessus) "L'avocat du diable" (1993) avec un superbe Don Johnson où le moins bon "Dans l'ombre de Manhattan" (1997). Après son remake fade  "Gloria" (1999) du film homonyme de John Cassavetes Sidney Lumet réalise des épisodes télés entre 2000 et 2002 d'une série au titre évocateur "Tribunal Central".


Les dernières années il retrouve son genre de prédilection, le procès, avec des bonnes surprises comme "Jugez-moi coupable" (2006) avec un Vin Diesel étonnant (photo ci-dessus) ; Sidney Lumet pour une fois choisis le genre comédie pour ce procès inspiré d'une histoire vraie (encore !). En 2007 la France a l'excellente surprise de voir sortir sur nos écrans "The offense" (1973) inédit en France après 35 ans d'attente !


Le dernier film de Sidney Lumet est "7h58 ce samedi-là" (2007), un très très bon thriller où Philipp Seymour Hoffman et Ethan Hawke sont deux frangins qui vont s'enfoncer tout seul dans les emmerdes.

http://img.laterna-magica.fr/2011/04/sidney-Lumet.jpg

Un grand réalisateur nous a quitté, dans le genre du film judiciaire, témoin des coulisses pas toujours reluisant de la justice Sidney Lumet reste une référence.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

princécranoir 30/04/2011 18:25

où est passé Lumet ?En effet, un silence assourdissant a suivi sa disparition. Pour sûr, chez les cinéphiles il y a plus de douze hommes en colère !

MaxLaMenace_89 19/04/2011 17:16

Une très grande perte, des films comme 12 Angry Men, Serpico ou Before the Devil Knows You're Dead m'ont beaucoup marqué. Et faut dire qu'il fut le seul à donner à Vin Diesel un rôle potable :)

RIP

gaby 18/04/2011 11:40

Il a bien travaillé mais surtout jl a su diriger des acteurs de talent et les mettait en valeur, beaucoup de bons, de très bons films, un cinéaste de talent.
Gaby

softy 12/04/2011 13:24

RIPPour moi il était le dernier monstre sacré du cinéma américain!!!! henry fonda,marlon brando,sean connery,paul newman,john cazale,al pacino,albert finney,lauren bacall,katherine hepburn,faye dunaway,chris walken,martin balsam,william holden,robert duvall,richard burton,c rampling,denzel washington,gene hackman,jane fonda, jeff bridges,river phoenix,dustin hoffman,richard dreyfuss,p seymour hoffman.Autant dire qu'il a eu les meilleurs acteurs américains dans ses films(lui manque juste de niro et keitel trop occupé avec scorsese et l'excellent carry grant).Quasiment aucun hommage en France pour mon réalisateur préféré après spike lee!!!je suis dégouté!!!mais heureusement je fais parti des chanceux qui possèdent ses nombreux chefs d'oeuvre et j'insiste pour dire que ce type a rejoint la dream team avec(kurosawa,kubrick,hitchcock,welles etc..................)