Le film choral

par selenie  -  10 Avril 2009, 06:22  -  #Le cinéma par thèmes

Lorsqu'on regarde la liste des films correspondant au tag "film choral" je suis étonné de tous les films divers et variés qu'on peut y trouver, et surtout qui n'ont pas grand-chose à voir avec le film choral.

Je pense par exemple à "Retour à Cold Moutain" (2003) du regretté Anthony Minghella... Qu'est-ce que ce film fait dans la liste des films choraux ?!

Pour que ce soit plus clair voilà ma définition : un film choral est un film dont le premier rôle est tenu par un groupe plus ou moins important mais d'au moins 5 individus environs ; est un film dont les protagonnistes ont des rôles aussi importants les uns que les autres, qui peuvent être tous tenus comme des premiers rôles ou du moins la différence entre premier et second rôles est obsolète ; est un film muni d'un scénario qui met en relation directe ou indirecte tous les protagonnistes les uns avec les autres par le systèmes des destins croisés ou d'un film plus collectif mais avec plus d'un fil conducteur. Il est à noter que tous les films choraux ont pour lieux soit un lieu unique soit des lieux divers mais emblématiques et inscrits dans un contexte précis (ici notammeent pour les histoires quasi simultanée comme "Babel").

Voilà pourquoi "Retour à Cold Moutain" n'est pas un film choral, Jude Law et Nicole Kidman étant sans conteste  les deux premiers rôles qui croisent d'autres personnages mais qui sont au final sans l'envergure des rôles des deux stars.

"Parlez-moi de la pluie" (2008) de Agnès Jaoui n'est pas un film choral. 3 premiers rôles seulement et un scénario linéaire. Au contraire de "Le goût des autres" (2000) où les différents protagonnistes se croisent, s'entrecroisent et nourrissent l'histoire de leur propre quotidien.

En France il semble que le film choral est un genre en soit avec des réalisateurs qui en ont fait une spécialité :

http://www.idecaf.gov.vn/dulieu/lichchieuphim/fauteils_dorchestre1.jpghttp://www.le-hiboo.com/wp-content/uploads/20060209-fauteuils_d_orchestre.jpg

Danièle Thompson avec "La bûche" (1999), "Fauteuils d'orchestre" (2006) et dernièrement "Le code a changé" (2009). "Décalage horaire" (2002) n'en étant pas un puisque seulement 2 premiers rôles avec un scénario basé seulement sur ces deux personnages. N'oublions pas qu'elle a aussi été scénariste de nombreux autres films choraux.

http://filmsdefrance.com/2004_Le_Genre_humain_1ere_partie_Les_parisiens.jpghttp://dvdtoile.com/FILMS/38/38317.jpg

Claude Leclouch avec notamment "Les uns et les autres" (1980), "Hommes-femmes mode d'emploi" (1996), "Hasards ou coïncidence" (1998), "Les parisiens" (2004) et "Le courage d'aimer" (2005)... Et beaucoup d'autres...
Agnès Jaoui avec "Le goût des Autres" (2000) et surtout son passé de scénariste pour "Un air de famille" (1996) de Cédric Klapish et "On connait la chanson" (1997) de Alain Resnais. Un passé de scénariste qui parle pour elle et qui nous promet des prochains films plus choraux que ces deux derniers films en tant que réalisatrices que sont "Comme une image" (2004) et "Parlez-moi de la pluie" (2008).

http://www.cinebel.be/portal/resources/movie/877/b8771.jpg

Cédric Klapish avec "Chacun cherche son chat" (1996), "Un  air de famille" (1996), le superbe "Paris" (2008). Les films "L'auberge espagnol" (2002) et "La poupée russe" (2005) ne sont pas des films choraux, en effet il y a un vrai premier rôle joué par Romain Duris , c'est bien lui qu'on suit et on voit les autres par son regard. Il est le fil conducteur à lui seul.
Alain Resnais avec "Smoking/No smoking" (1993), "On connait la chanson" (1997), le chef d'oeuvre "Pas sur la bouche" (2003) et "Coeur" (2006).

Le film choral est sans nul doute un genre en bonne santé en France, en témoignent les réalisateurs qui s'y sont essayés avec pas mal de réussite ; "Ma place au Soleil" (2007) de Eric de Montalier, "Le coût de la vie" (2002) de Philippe Le Guay, "8 femmes" (2001) de François Ozon, "Embrassez qui vous voudrez" (2000) de Michel Blanc et je citerais aussi "Musée haut musée bas" (2007) de Jean Michel Ribes dont l'originalité et l'audace a été bien peu récompensé.

http://www.sancho-asia.com/IMG/jpg/la_trilogie1_affiche.jpghttp://films.blog.lemonde.fr/files/cavale.jpghttp://www.dvdpost.be/images//dvd/apreslaviebfr.jpg

Mention spéciale à Lucas Belvaux et à son trilogie étonnante et superbe "Un couple épatant" , "Cavale" , "Après la vie"... Trois films qui s'imbriquent parfaitement grâce à un scénario méticuleux et une mise en scène bien pensée.

Il est bon de préciser que le scénario est sans doute le plus important dans un film choral où tout repose sur les liens entre les différents personnages. On peut remarquer que les cinéastes cités ci-dessus sont aussi, pratiquement toujours, les scénaristes de leur film.

A l'étranger le film choral est plutôt un sous-genre placé très souvent avec la comédie et la comédie dramatique. Il semble que ce soit un débat de moindre importance chez eux. D'ailleurs à Hollywood il n'existe pas de réalisateur qui en a fait une spécialité.

Ces dernières années des oeuvres particulièrement réussies ont vu le jour.
Des maitres notamment avec le chef d'oeuvre "La coupe d'or" (2000) de James Ivory, le regretté Robert Altman avec le magnifique "Short cuts" (1994), "Prêt à porter" (1995) et le maitrisé "Gosford Park" (2002).

http://www.phawker.com/wp-content/uploads/2006/11/shortcuts.jpg

D'autres s'y sont essayés avec succès comme Paul Thomas Anderson et son "Magnolia" (2000), le grand scénariste oscarisé Paul Haggis avec "Collision" (2005), Tony Bui avec son trop peu connu et reconnu "Trois saisons" (2000), Richard Curtis et son charmant "Love Actually" (2002)...
Il est cependant clair que le nouveau maitre du genre dans le monde est Alejandro Gonzales Inarritu avec trois films majeurs "Amours chiennes" (2000), "21 grams" (2002) et "Babel" (2005) il est devenu incontournable.

http://img.ozap.com/00801822-photo-affiche-trois-saisons.jpghttp://improbablefiction.files.wordpress.com/2009/01/love_actually-comp_rgb.jpg

Le film choral n'est pas aussi répandu que ça, comme l'a si bien écrit Pierre Lescure film choral est en soit devenu une "expression éculée" car servie à tord et à travers et ce, même dans les médias.





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

OM 31/10/2010 04:18

de jolies histoires!