La Belle et la Bête (2014) de Christophe Gans

par Selenie  -  13 Février 2014, 08:48  -  #Critiques de films

13 ans après "Le Pacte des Loups" Christophe Gans passe de la Bête du Gévaudan à la Bête tout court et retrouve par la même occasion Vincent Cassel, un acteur animal idéal pour ce rôle... Pour la suite rappelons un peu les origines du conte...  Issu de divers légendes le conte fut connu pour la première fois en France sous la plume de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve en 1740 dans lequel il y avait plus de féerie comme la querelle des fées qui expliquait l'origine royale de Belle. Mais le conte eut droit au succès et à la renommée lorsqu'il fut repris et écourté par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont en 1757... C'est cette dernière version qui sert de base aux adaptations déjà connue... Là se trouve le premier soucis ! En effet Christophe Gans a affirmé ne pas vouloir faire un remake du chef d'oeuvre "La Belle et la Bête" (1948) de Jean Cocteau (issu donc du conte 1757) mais de revenir au texte original de 1740. Peut-être est-ce une volonté mais elle n'est jamais mise en image lors du film, le scénario correspond finalement au film de Cocteau et donc à la verison 1757... Un détail sans doute...

La Belle et La Bêtehttp://photo.europe1.fr/divertissement/cinema/la-belle-et-la-bete2/30133809-1-fre-FR/La-belle-et-la-bete_scalewidth_630.jpg

Très clairement, esthétiquement, on pense à Hayao Miyazaki (roi de l'animation japonaise avec "Princesse Mononoke", "Le Voyage de Chihiro" et dernièrement "Le vent se lève"), couleur chatoyante, magie et féérie, présence omniprésente de la nature... Avec un budget de 35 millions d'euros (énorme pour un film français) le cinéaste s'en est donné à coeur joie, les costumes sont magnifiques, les décors ne le sont pas moins avec un château de toute beauté. Par contre un gros bémol pour certains effets spéciaux et en premier lieu le maquillage de la Bête qui réussit l'exploit d'être moins expressif que notre Jean Marais version 1948 ! Un comble en 2013 avec, pourtant, la technique de la Performance Capture ! (même système que pour "L'étrange histoire de Benjamin Button")... Le film démarre laborieusement, un peu longuet, la cause s'avère être un choix malheureux, celui de se focaliser sur beaucoup plus sur Belle plutôt que sur la Bête ; dommageable puisque la Bête ouvre des perspectives psychologiques plus riches. Ensuite le soucis réside dans le fait que Christophe Gans a sûrement voulu signer une grande oeuvre qui pourrait réunir cinéphile et grand public, ça donne un film auquel il manque une vraie priose de risque. On passe de scènes maladroites (ralenti sur des sabots, nombres de promenades de Belle sans conséquence...) à de scènes qui touchent au sublime (la scène du lac, celles de la source régénératrice). Bon point pour les deux soeurs infectes et superficielles. En conclusion votre serviteur est très mitigé, symptomatique de la cinésphère puisque ce film est sans aucun doute celui qui partage le plus en ce moment. Soit on déteste cordialement soit on adore.. . Sauf votre sevriteur, mitigé pour une note coupé en 2...

 

Note :         

10/20