La Fille de Ryan (1970) de David Lean

par Selenie  -  2 Octobre 2013, 05:27  -  #Critiques de films

"Le pont de la rivière Kwa¨", "Lawrence d'Arabie", "Le Docteur Jivago"... Après de tel succès David Lean change un peu de cap pour signer son meilleur film. Oui son meilleur film, sous-estimé et encore trop méconnu "La Fille de Ryan" est un pur chef d'oeuvre, un petit bijou qui, malheureusement, ne sera pas accueilli de la meilleure façon ; en résultera une retraite du réalisateur qui mettra près de 15 ans avant de réaliser son dernier film "La route des Indes" (1984)...

http://films.blog.lemonde.fr/files/ryan_daughter.jpghttp://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/racine/bandes-annonces/video/la-fille-de-ryan-vost/69533391-1-fre-FR/La-Fille-de-Ryan-VOST_reference.png

La réussite du film réside surtotu dans le fait que David Lean a su retrouver la justesse et le charme intimiste de ses premiers films ("Brèves rencontres", "Les grandes espérances" ou "Oliver Twist") sans perdre le lyrisme et les grands espaces  des ses derniers succès mondiaux. Pour se faire le village de Kirrary a été entièrement construit pour le film, Lean filme les côtes irlandaises de façon sublime (en fait tourner en Afrique du Sud à cause du climat !), et la bel audace d'offrir un rôle en contre-emploi et culotté à Robert Mitchum ; ce dernier, la quintessence du mâle viril à l'instar d'un John Wayne, interprête ici un instituteur bien sous tout rapport, époux fidèle, amoureux mais triste amant et mari ennuyeux... Le scénario écrit par Robert Bolt (déjà auteur des 2 derniers Lean et futur scénariste d'un autre chef d'oeuvre "Mission" de Roland Joffé) est une perfection, alliant un simple adultère aux aléas politico-historiques qui dépassent son héroïne. La religion omniprésente, le rendez-vous au pub, la nature sauvage, les gueules irlandaises et du romanesque... sans oublier un lynchage qui marque les esprits et qui déchire autant que les vents du littoral. Un chef d'oeuvre à voir, à revoir et à réhabiliter.

 

Note :           

20/20

 

 

ideyvonne 02/10/2013 12:26

Justement je viens d'écrire sur le cinéma de Chonchon que ce film méritait plus d'attention chez les cinéphiles.
Suis ravie que tu en aies aussi parlé (et merci Arte pour la rediffusion)
Ah que les critiques sont puissantes lorsqu'elle touchent un homme aussi sensible que Lean était. C'est bien dommage pour nous car en 15 ans je suis sûre qu'il nous aurait encore réalisé de belles
choses...